Profitez de vos voyages
Avec l'appli monnuage
Télécharger
Où allez-vous ?
Entrer avec Google Plus
Recommander un lieu
Aimez-vous L'Eglise de San Juan Chamula ?
Partagez-le avec le monde entier
Où allez-vous ?

L'Eglise de San Juan Chamula

info
sauvegarder
Enregistré

12 avis sur L'Eglise de San Juan Chamula

4
Voir les photos de Almudena
4 photos

San juan chamula est situé dans l'eta...

San Juan Chamula est situé dans l'Etat du Chiapas à dix kilomètres de San Cristobal de las Casas. Chamula est un éthnonyme pour désigner les diverses éthnies mayas qui habitent les hautes terres du Chiapas, surtout dans une ville qui a préservé les cultures et les coutumes pré-hispaniques. Ils nous ont dit qu'on ne pouvait pas prendre des photos ni des Indiens Chamula, ni dans l'église mais à l'extérieur de l'église et pas trop près car selon leur croyance, cela enlèverait leur âme. Comme toujours, il y a des gens qui essaient de contourner ces «règles» et plus particulièrement dans notre groupe, il y avait un petit problème car une personne a tenté de graver l'intérieur de l'église.
Almudena
3
Voir les photos de Daniela VILLARREAL
3 photos

Tourisme

San Juan Chamula, se localise à 17 km de la Ville de San Cristóbal de Las Casas. L'église de San Juan de Chamula est sans égale en Amérique latine, la ferveur et les rites pratiqués en font un lieu insolite. L'utilisation d'appareils photo, de camescopes et de téléphones portables est interdite. Si vous ne respectez pas ces mesures, vous prendrez le risque d'être sévèrement, voire physiquement, réprimandé, et d'être conduit à la prison.
Daniela VILLARREAL
3
Voir les photos de Roberto Gonzalez
3 photos

San juan chamula

Nous aussi, nous a dit que nous ne pouvions pas prendre des photos à l'intérieur de l'église ... mais comment les coûts satisfaire à la règle !!!! Je l'ai fait, mais il y avait aussi ceux qui ne le font pas, mais ce jour-là, c'est que les gardiens de l'église étaient de bonne humeur et n'ont rien fait pour mettre en garde contre une tentative spontanée de photographier le méga explosion anthropologique qui était affiché avant nous. C'était un "syncrétisme direct !!!" la plus spectaculaire. Le sol plein d'aiguilles de pin, les fidèles face à des murs, chacun priant pour une des dizaines de saints qui vivent dans des niches ou église de l'air. Et chacun d'eux parés dans le plus pur style mexicain et Chiapas: lecture, des fleurs de papier de soie, des bouteilles de tequila, des offrandes de nourriture. Et les offrandes, dans ce cas, poulet, sur l'autel principal, une sorte de terrain ethnique des Merveilles, avec tout ce que vous pouvez imaginer en juste gadgets, images et autres prières ferveur. J'ai encore l'odeur, l'odeur de pin à gradins combinée avec des bougies, de la nourriture et de la tequila. Pas de mots superflus ...

San juan chamula

A nosotros también nos dijeron que no debíamos sacar fotos en el interior de la iglesia...pero cómo cuesta respetar la norma!!!!

Yo lo hice, pero también hubo quien no, aunque se ve que ese día los cuidadores de la iglesia estaban de buen humor y no hicieron más que amonestar ante el intento de un espontáneo de fotografiar la mega explosión antropológica que se exhibía ante nosotros. Fue un "Viva el sincretismo!!!" de lo más espectacular.

El suelo lleno de agujas de pino, los fieles de cara a las paredes, cada uno rezando a uno de las decenas de santos que habitan, en nichos o al aire la iglesia. Y cada uno de ellos engalanado al más puro estilo chiapaneco y mexicano: léase, papel de seda en flores, botellas de tequila, ofrendas de comida.

Y ofrendas también, en este caso de gallinas, en el altar principal, una especie de País de las Maravillas étnico, con todo lo que podáis imaginar en cuestión de artilugios, imágenes y demás rezos de fervor.
Todavía tengo el olor, el aroma del pino pisado combinado con las velas, el tequila y la comida. Sin palabras superfluas...
Roberto Gonzalez
Traduire
Voir l'original
14
Voir les photos de Belen Rodriguez Galvez
14 photos

Mon voyage à san juan chamula

A San Juan Chamula est arrivé et nous avons été informé de l'interdiction de photos à l'intérieur de l'église, car il n'est pas bien vu. Il a convenu que Pâques a été célébrée quand nous sommes arrivés et la première chose qui m'a frappé, c'est le cimetière visible depuis le parking extérieur. Il est à l'extérieur des murs de l'église en ruines de San Gabriel. Certaines tombes étaient couleur fraîche pour moins terre desséchée, chiens parcouraient la place en reniflant. Nous sommes descendus à la place de la ville et nous avons vérifié les maisons et les bâtiments modernes parsemés (de personnes qui avaient été en Amérique et en avaient fait un peu d'argent) parmi d'autres très vieux, briser l'uniformité de la place. En arrivant à l'endroit où je regardais la porte de l'église avait rassemblé beaucoup de gens qui font une cérémonie tout à fait différent de ce que je l'avais vu avant. Ils portaient sur les épaules des boîtes très ornées et se balancent dans une danse ou danse cérémonielle au rythme des chants et des sons d'instruments de musique. Personnes, hommes et femmes, étaient avec sa longue veste de fourrure d'agneau de couleur blanc ou noir. Après la cérémonie, les gens marchaient par groupes bien définis, peut-être pour les familles. Nous sommes entrés dans l'église, dépourvue de bancs, mais plein de coins ou espaces où les familles étaient là, des dizaines de bougies allumées petites et allongées et déposés sur le sol de l'église. Le sol a également été rempli avec des branches de pin avec ses feuilles en forme d'aiguilles, à la saveur du lieu. Au pied des murs de l'église, des petits groupes entassés en regardant les images qui se passaient dans de petits autels. L'imagerie est très particulière, et les vêtements des saints propres à ce lieu. Est-ce parce que je vis en Espagne, ce sera parce que l'imagerie espagnol est fantastique avec ses salcillos, Berruguetes et beaucoup d'autres qui ne pouvaient pas arrêter de surprendre la simplicité et la beauté de ces chiffres. Appuyé contre le mur, l'ancien retable de l'église, mangé et a été très délabré, donnant à l'endroit une autre touche plus de magie et de distorsion. Dans le fond, l'autel et son retable moderne que je pense ne rendent pas justice à la gloire de l'église que nous visitions. Certains enfants ont couru et a glissé sur le sol plein d'aiguilles de pin, ce qui rendait plus glissante. Une fois dehors, traverser la place avec son kiosque dans le centre et passé à un autre carrés stands adjacents dans lequel un marché bondé bien garnie et variée. On m'a dit que les croix qui apparaissent dans une sorte de boule à l'extrémité de chaque extrémité, des croix qui existaient avant l'arrivée des Espagnols à la terre et à eux étaient surpris et pensaient qu'ils étaient croix chrétiennes, incapables d'expliquer la leur origine. Nous avons fini la tournée de retour pour un autre endroit et les gens d'accord avec le nouveau marché, un bâtiment moderne qu'ils voulaient transférer les étals de rue, et, apparemment, n'étaient pas très désireux d'accepter. Certaines maisons de boue très modestes ont été les dernières photos que j'ai prises à partir de San Juan Chamula. Je l'ai aimé.

Mi viaje a san juan chamula

Llegamos A San Juan Chamula y veníamos advertidos de la prohibición de hacer fotos dentro de la iglesia, pues no está bien visto.
Coincidió que se celebraba la Semana Santa cuando llegamos y lo primero que me llamó la atención fue el cementerio que se divisa desde el aparcamiento situado a las afueras. Está extramuros de la iglesia en ruinas de San Gabriel. Algunas tumbas eran recientes por el color de la tierra menos reseca, los perros vagabundeaban por el lugar husmeando.
Bajamos hacia la plaza del pueblo y fuimos comprobando como las casas se salpicaban de construcciones modernas (de personas que habían estado en Estados Unidos y habían hecho un poco de dinero) entre otras muy antiguas, rompiendo la uniformidad del lugar.
Al llegar a la plaza observé como en la puerta de la iglesia se había congregado gran cantidad de personas que realizaban una ceremonia totalmente distinta a las que yo había visto anteriormente. Portaban en hombros unas cajas muy adornadas y se balanceaban en una especie de baile o danza ceremonial al ritmo de cánticos y sonidos de instrumentos musicales. Las personas, tanto hombres como mujeres, iban con su chaleco largo de piel de cordero de color blanco o negro. Finalizada la ceremonia, la gente se fue marchando por grupos bien definidos, tal vez por familias.
Entramos en la iglesia, desprovista de bancos para sentarse pero repleta de rincones o espacios en los que las familias que estaban allí, encendían decenas de velas pequeñas y alargadas y las depositaban en el suelo de la iglesia. El suelo además, estaba repleto de ramas de pino, con sus hojas en forma de aguja, para aromatizar el lugar. Al pie de las paredes de la iglesia, se apretujaban pequeños grupos contemplando las imágenes que se sucedían en pequeños altares. La imaginería es muy peculiar, y las vestimentas de los santos adecuadas al lugar. Será porque vivo en España, será porque la imaginería española es fantástica, con sus Salcillos, Berruguetes y tantos otros, que no pudo dejar de asombrarme la sencillez y belleza de estas figuras. Apoyado sobre la pared, se encontraba el antiguo retablo de la iglesia, carcomido y muy deteriorado, dándole al lugar otro toque más de magia y distorsión. Al fondo, el altar y su retablo moderno que a mi parecer no hacía justicia a la fama de la iglesia que estábamos visitando.
Algunos niños correteaban y se deslizaban sobre el suelo repleto de hojas de pino, que lo hacían más resbaladizo.
Una vez fuera, atravesamos la plaza, con su templete de música en el centro y pasamos a otra plaza contigua en la que se agolpaban los tenderetes de un mercado bien surtido y variopinto. Me comentaron, que las cruces que aparecen con una especie de bola al final de cada extremo, son cruces que existían antes de la llegada de los españoles a estas tierras y que al verlas se sorprendieron y pensaron que eran cruces cristianas, no pudiendo explicarse el origen de las mismas.
Finalizamos el recorrido volviendo por otro lugar del pueblo y coincidimos con el mercado nuevo, un edificio moderno al que se quería trasladar los puestos callejeros, y al parecer no estaban muy por la labor de aceptar. Algunas casas de barro muy modestas fueron las últimas imágenes que me llevé de San Juan Chamula. Me encantó.
Belen Rodriguez Galvez
Traduire
Voir l'original
Lire 8 autres
Publier
5
Voir les photos de Morya
5 photos

San juan chamula

Il est sans aucun doute l'une des villes magiques que le Mexique, située dans l'État du Chiapas à seulement 10 km de San Cristobal de las Casas; toute une expérience pour se rendre à une ville où l'on peut aller à la recherche de traces d'un culte maya qui a siècles et reste encore en vie, même lorsqu'il est mélangé avec le catholicisme j'ai été créé, bien que plusieurs aspects de la gestion façon très particulière. Parmi les aiguilles de pin répandues sur le sol que les gens prient et chantent dans une langue inconnue, et rendent la boisson locale "Posh" (produit à partir de canne à sucre et le maïs) s'agenouiller. Parfois entrant dans cette église est un mystère, comme l'Chamula sont très strictes sur le chemin de cette salle, mais cherche constamment obtenir les visiteurs de partout dans le monde, de sorte que dans ces temps l'entrée leur a permis, bien que doivent respecter certaines règles telles que les visiteurs sont interdits de prendre des photos et se comportent de manière inappropriée à l'intérieur du temple, et croyez-moi, il vaut donc la peine d'apprécier cela, il ne faut pas les faire sortir, mieux encore et de regarder, parce Chamula ont la conviction que les photographies sont une mauvaise chose, vous voler leurs âmes, ils n'aiment pas les prendre, du moins pas sans leur permission, même si pour prendre des photos dans l'église que si strictement interdite. Comme l'artisanat, la qualité impressionnante de travail de ces personnes, la diversité de l'artisanat produits dans cette communauté est très grande, la plupart d'entre eux ont fait avec de la laine de mouton (considéré comme un animal sacré). Blouses, sacs, châles, chemisiers, et la poterie. Et les prix sont très généreux, et très en vaut la peine, sont travaux manuels et vous devriez vraiment aller. Parmi les festivals les plus importants est le Carnaval Chamula "K'in Tajimoltic", a tenu 4 jours avant le mercredi des Cendres, la fête est selon l'ancien calendrier maya. Les vêtements, les hommes portaient des pantalons et chemise en coton avec coutures rouges, coton laine (rayé noir et blanc) ouvert sur les côtés, chapeau de paille à larges bords, sans crampons, sandales mêmes semelles épaisses et talons hauts. La femme porte des jupes de laine noire, couverture de laine singes huipil ornées de fil rouge, porter une ceinture de taille ou ceinture étamine rouge avec ornements jaunes sur leur tête, ils portent une sorte de châle plié laine ils tissent comme tous leurs vêtements. Je les apprécie vraiment et ils s'habillent, traditions, mon charme et j'ai vérifié la plupart des choses qu'ils m'avaient dit cet endroit, et au lieu d'avoir peur, j'ai beaucoup de respect !! Rappelant cet endroit me remplit avec le sentiment de la curiosité, de l'incertitude et de l'émotion, parce que quand j'ai entendu ce lieu, je croyais vraiment tout ce qu'ils m'ont dit, je ne pouvais pas croire que les seules lois qui respectent, c'est que ses dirigeants imposées, et aussi que si quelqu'un commet un crime, sont capables corne lyncher. En fait, j'étais un peu incrédule, mais quand je suis arrivé, j'ai eu un peu peur; certains enfants sont venus nous donner un bracelet, pas tous d'accord, je pense que cela nous a donné une certaine confiance, et à juste titre, car à la fin du voyage, pas la chargée selon eux, ils ont promis de les acheter, rendez-vous s'ils vendent. Si vous venez à San Juan et les donner bracelets, ACCEPT NO est un lieu visité par les touristes, et vraiment leur dire que s'ils visitent Chiapas, ne manquez pas cet endroit fascinant, et de ses propres yeux, pour voir comment merveilleux et extraordinaire J'entre dans un lieu magique et si je misterioso.Yo gens =) J'espère que vous aimez!

San juan chamula

Es sin lugar a dudas uno de los pueblos mágicos que tiene México, ubicado en el estado de Chiapas a tan solo 10 km de San Cristóbal de las Casas; es toda una experiencia poder llegar a un pueblo donde uno puede ir en busca de las huellas de un culto maya que cuenta con siglos de antigüedad y todavía se mantiene vivo, aún cuando se creo una mezcla con la religión católica, aunque varios aspectos los manejan muy a su peculiar forma.

Entre las agujas de pinos extendidas en el suelo se arrodillan los habitantes que rezan y cantan en un idioma desconocido, y toman la bebida local “Posh”(elaborada a base de caña y maíz). En ocasiones entrar a esta iglesia es todo un misterio, pues los Chamulas son muy estrictos en cuanto al paso a este recinto, pero constantemente se ve llegar visitantes de todo el mundo, por lo que en estos tiempos la entrada se les a permitido, aunque se tienen que seguir ciertas normas como por ejemplo, los visitantes tienen prohibido tomar fotografías y comportarse en forma inapropiada dentro del templo, y créanme vale mucho la pena poder apreciar esto, así que no hagan que los saquen, mejor quietos y mirando, porque los Chamulas tienen la creencia de que las fotografías son cosa mala, que les robas el alma, por lo que no les gusta que les tomen, al menos no, sin su permiso, aunque lo de tomar fotos en la iglesia eso si esta prohibidísimo.

En cuanto artesanías, es impresionante la calidad del trabajo de estas personas, la diversidad de artesanías producidas en esta comunidad es muy grande, la mayor parte de ellas elaboradas con lana de borrego (considerado un animal sagrado). Blusas, bolsas, rebozos, huipiles, y objetos de barro. Y los precios son muy generosos, y valen muchísimo la pena, son trabajos hechos a mano y que realmente te debes llevar.

Dentro de las festividades mas importantes, está el Carnaval Chamula “K’in Tajimoltic”, que se celebra 4 días antes del miércoles de ceniza, esta festividad es de acuerdo con el antiguo calendario maya.

Las vestimentas, los hombres, usaban calzón y camisa de manta con costuras rojas, cotón de lana (negro o blanco rayados) abierto en los costados, sombrero de palma de alas anchas, sin listones, huaraches de suela muy gruesa y talonera muy alta. La mujer usa enaguas de lana negra, huipil de manta de lana adornado con monitos de estambre rojo, en la cintura llevan un ceñidor o faja de estambre rojo con adornos amarillos, sobre la cabeza llevan una especia de reboso de lana doblado que ellas tejen, al igual que todas sus prendas de vestir. Realmente verlos y apreciar como visten, sus tradiciones, a mi me encanto y comprobé muchas de las cosas que me habían comentado de ese lugar, y en vez de tener miedo, les tengo mucho respeto!!

Recordando este lugar, me llena esa sensación de curiosidad, incertidumbre y emoción, porque cuando escuche de este lugar, realmente no creí todo lo que me contaron, no pude creer, que las únicas leyes que respetan, son las que sus líderes imponen, y también que si alguien comete un delito grave, son capaces asta de lincharlo. Realmente fui algo incrédula, pero cuando llegué ahí, me dio algo de temor; unos niños se acercaron a regalarnos una pulsera, que no todos aceptamos, creo que nos dio algo de desconfianza, y con justa razón, pues al final del recorrido, no las cobraron que según ellos les prometimos comprárselas, vaya que si saben vender. Si llegan a San Juan y les regalan unas pulseras, NO ACEPTEN

Es un lugar muy visitado por el turismo, y realmente les digo que si visitan Chiapas, no se pierdan este fascinante lugar, y por sus propios ojos, vean lo maravilloso y extraordinario que es entrar a un pueblo tan mágico y misterioso.Yo si vuelvo =) ¡Espero les guste!
Morya
Traduire
Voir l'original
1
Voir les photos de Alexis alvarado velázquez
1 photo

San juan chamula

Pour connaître les traditions des peuples autochtones. Pour être plus proche.

San juan chamula

Para conocer las tradiciones de los indígenas. Para estar más cerca.
Alexis alvarado velázquez
Traduire
Voir l'original

Great place

Il est certainement un endroit où la tradition de la région et la religion mélange .... Le mouton est sacré (ne pas manger, ne pas tuer) au sein du peuple de l'église font des prières et des sacrifices d'animaux

Un gran lugar

Definitivamente es un lugar donde la tradición de la región y la religión se mezclan.... El borrego es sagrado ( no lo comen no lo matan) dentro de la iglesia la gente hacer oraciones y sacrificios con animales
eric
Traduire
Voir l'original

Chiiapas

Inoubliable. Le meilleur jamais.

Chiiapas

Inolvidable. La mejor de todas.
Grez Ruiz
Traduire
Voir l'original
2
Voir les photos de Ivantzin Hernandez
2 photos
Ivantzin Hernandez
2
Voir les photos de Juan Pablo Muñiz
2 photos
Juan Pablo Muñiz
1
Voir les photos de Jose Faustino
1 photo
Jose Faustino
1
Voir les photos de Matteo Ragazzini
1 photo
Matteo Ragazzini
Publier
Lire 8 autres