Profitez de vos voyages
Avec l'appli monnuage
Télécharger
Où allez-vous ?
Entrer avec Google Plus
Recommander un lieu
Aimez-vous Route de santiago Section de la route Français Galicien ?
Partagez-le avec le monde entier
Où allez-vous ?

Route de santiago Section de la route Français Galicien

info
sauvegarder
Enregistré

4 avis sur Route de santiago Section de la route Français Galicien

15
Voir les photos de Carlos Torralba
15 photos

Mille fois avaient entendu dire que l...

Mille fois avaient entendu dire que la route à faire au moins une fois dans la vie. Heureux que j'ai fait, et répète sûrement. Je ne sais pas si une autre voie, ne sais pas si le vélo ... Mais le faire à nouveau parce que c'est une expérience unique. Cebreiro crois que ce serait un point de départ pour une expérience suffisamment complexe et fait sac à dos se préparent à traverser environ 170 miles de la saleté, des feuilles, de l'effort, des flaques d'eau, greniers de boue, brun, de la sueur, des acclamations ... El Camino nous a produit un énorme sens du contact avec la nature. Je ne sais pas si c'est une question objective, mais la vérité est que l'acheminement par des chemins de terre, de trouver de petites sources, les granges et les vieux murs de pierre délimitant avec les fermes nous avons passé un magnifique paix malgré le froid et difficultés. Nous avions entendu parler de l'expérience du Chemin des personnes que vous rencontrez, les amis que vous faites ... Pour «se trouver», mais la vérité est que je n'ai pas moi de soulever comme quelque chose de spirituel. Peut-être comme une expérience culturelle, comme un défi personnel ... Mais il avait sous-estimé la sensation indescriptible de couvrir les étapes, pour atteindre les objectifs, vous avez le temps de réfléchir pendant que vous mettez un démarrage en face de l'autre, de parler tranquillement avec des amis, de surmonter les obstacles ensemble, la pluie, la fatigue .. . En chemin, vous trouverez toutes sortes de choses, y compris un curieux mélange de pierre où la croix est en bois (à la place de la pierre d'habitude) et à la base, les pèlerins quittent beaucoup de pierres et de charmes personnel et des promesses. Il est également fréquent que les gens laissent des notes sur les marqueurs qui indiquent combien il est de Compostelle, ou des souvenirs de leurs villes natales, des cassettes, des photos, des bottes de randonnée ... L'arrivée à Santiago est spectaculaire (bien que le dernier tronçon de Arca do Pino est peut-être le plus laid de tous). Nous avons pensé que c'est l'Année Sainte, et est censé être entré par la Porte Sainte (qui est dans la Praza da Quintana), nous avons décidé de trot en bas de la pente et à travers l'arche Azabachería Gelmírez pour atteindre Obradoiro . Ces quelques derniers mètres sont magiques absolue. De l'adrénaline pure téléchargé sauter bras au milieu de la place sans mettre hors sacs à dos ou quoi que ce soit. Sauté sans savoir pourquoi, comme les enfants riaient et se joignent à nos Basques de célébration ont connu sur le Camino. Nous nous sommes embrassés et avons sauté dans un cercle. Nous avons sauté et ri. Nous rions et nous célébrons. Je ne sais pas combien de temps il a duré cette fois, mais c'était vraiment unique. Je n'oublie pas dans la vie, je n'avais pas cessé d'écrire dans ce journal. C'est une expérience incroyable. Bien que l'on n'est pas religieux, comme moi, entrant dans la cathédrale après avoir fait la route est très spécial. Être catholique ou pas obscurcit ce moment de la spiritualité absolue, avec l'odeur particulière de la pierre humide, les bougies allumées ... Nous avons fait une petite queue pour embrasser l'Apôtre. Quand vint mon tour je me suis accroché à ce buste comme si un vieil ami. Il était moins de la moitié d'une année, j'avais été à la même place ... Mais tout était différent.

Mil veces había oído decir que hay que hacer el Camino al menos una vez en la vida. Me alegro de haberlo hecho, y a buen seguro repetiré. No sé si otra ruta, no sé si en bicicleta... Pero lo haré de nuevo porque es una de experiencia única.

Consideramos que el Cebreiro sería un punto de partida suficientemente intrincado para unos inexpertos e hicimos la mochila preparándonos para atravesar unos 170 kilómetros de tierra, hojas, esfuerzo, charcos, barro, hórreos, castaños, sudor, alegrías...

El Camino nos produjo una enorme sensación de contacto con la naturaleza. No sé si es una cuestión objetiva, pero lo cierto es que rutear por los caminos de tierra, encontrándonos pequeñas fuentes, hórreos y los antiguos muros de piedra con los que delimitan las fincas, nos transmitió una paz magnífica a pesar del frío y de las dificultades.
Habíamos oído hablar de la experiencia del Camino, de la gente que conoces, de los amigos que haces...
De “encontrarse a sí mismo”, pero la verdad es que yo no me lo planteé como algo espiritual. Quizás como una experiencia cultural, como un reto personal... Pero había infravalorado la indescriptible sensación de ir cubriendo etapas, de cumplir los objetivos, de tener tiempo para pensar mientras pones una bota delante de la otra, de hablar pausadamente con los amigos, de superar juntos los obstáculos, la lluvia, el cansancio...
Durante el camino te vas encontrando cosas de todo tipo, entre ellas un curioso cruceiro en el que la cruz está hecha de madera (en vez de en la habitual piedra) y en cuya base, los peregrinos van dejando multitud de piedrecitas, así como amuletos personales y promesas. También es habitual que la gente deje notas en los mojones que indican cuánto falta para llegar a Compostela, o recuerdos de sus lugares de origen, cintas, fotos, botas de montaña...

La llegada a Santiago es espectacular (aunque el último tramo desde Arca do Pino es quizás el más feo de todos).

Nosotros, a pesar de que es Año Santo, y se supone que hemos de entrar por la Puerta Santa (que está en la Praza da Quintana), decidimos bajar al trote la cuesta de la Azabachería y atravesar el arco de Gelmírez para llegar al Obradoiro.
Esos últimos metros son magia absoluta. Pura adrenalina que descargamos saltando abrazados en medio de la plaza sin despojarnos de las mochilas ni nada. Saltamos sin saber por qué, reímos como niños y se unen a nuestra celebración unos vascos que hemos conocido en el Camino. Nos abrazamos en círculo y saltamos. Saltamos y reímos. Reímos y celebramos.
No sé cuánto duró este momento, pero realmente fue único. Creo que no lo olvidaría en la vida aunque no lo hubiese dejado escrito en este diario. Es una experiencia increíble.
Aunque uno no sea religioso, como es mi caso, entrar en la Catedral después de haber hecho el Camino es muy especial.
Ser católico o no no impide apreciar ese instante de espiritualidad absoluta, con el peculiar olor de la piedra húmeda, los cirios quemándose...
Hicimos una pequeña cola para abrazar al Apóstol. Cuando me tocó el turno me aferré a aquel busto como si fuese algún viejo amigo. No hacía ni medio año que había estado en ese mismo lugar... Pero todo era diferente.
Carlos Torralba
Traduire
Voir l'original
17
Voir les photos de Enrique Alapont Asins
17 photos

Images de chemin français

Images de Chemin Français

Imagenes del camino francés

Imagenes del Camino Francés
Enrique Alapont Asins
Traduire
Voir l'original

Chemin français, roncevaux-fisterra.

Chemin Français, Roncevaux-Fisterra. Connaître les Pyrénées Navarros, plateau du Nord (Burgos, Logroño, León) et la Galice avec leurs gastronomias, des paysages et des climats respectifs. Certainement une expérience inoubliable. Je recommande le faire ensemble, sans limite de temps et sans tenir compte des lignes directrices, laissez-vous aller par d"autres voyageurs, il y a beaucoup de belles zones qui recommandera les pèlerins et les autochtones. Je l"ai fait en 40 jours. Financièrement, il est un voyage qui peut être moulé selon toutes les possibilités, d"environ 5 euros par jour si vous ne mangez magasiner dans le gaz d"aller camper hôtels et manger dans les meilleurs restauranes et.

Camino de santiago frances, roncesvalles-fisterra.

Camino de santiago Frances, Roncesvalles-Fisterra.
Conocer los pirineos Navarros, el norte de la meseta(Burgos,Logroño,León), y Galicia con sus respectivas gastronomias, paisajes y climas. Sin duda una experiencia inolvidable.

Recomiendo hacerlo entero, sin limite de tiempo y sin hacer caso a las guias, dejate llevar por los compañeros de camino, hay muchas zonas bonitas que te recomendaran pelegrinos y gente autoctona. Yo lo hice en 40 días. Economicamente es un viaje que se puede moldear en función de cada posibilidad, desde unos 5 euros al día si lo haces en tienda y comes de camping gas hasta ir de hoteles y comer en los mejores restauranes.
bali balibrea oliveras
Traduire
Voir l'original

Dans la terre du milieu avec les hobbits

Je partage avec vous cette expérience extraordinaire d"un voyage magique, je le recommande vivement est une réunion avec soi-même et de l"existence que tout le monde a besoin.

En la tierra media con los hobbits

Comparto con vosotros esta extraordinaria experiencia de un viaje lleno de magia, lo recomiendo mucho es un reencuentro con uno mismo y con la existencia que todo el mundo necesita.
Jesús Pagán Alcaraz
Traduire
Voir l'original
Publier
Carlos Torralba

Information Route de santiago Section de la route Français Galicien