Profitez de vos voyages
Avec l'appli monnuage
Télécharger
Où allez-vous ?
Entrer avec Google Plus
Recommander un lieu
Aimez-vous Parc national Masai Mara ?
Partagez-le avec le monde entier
Où allez-vous ?

Parc national Masai Mara

info
sauvegarder
Enregistré

56 avis sur Parc national Masai Mara

13
Voir les photos de Jambo Mondo
13 photos

Au kenya, le masaï mara est un endroi...

Au Kenya, le Masaï Mara est un endroit idéal pour avoir une première expérience d'un safari. C'est vraiment un écosystème unique de par la migration des herbivores à partir des vastes plaines du Serengeti et la traversée de la rivière Mara, chaque année, dans le Nord pour le Masaï Mara à la recherche de pâturages plus verts. Nous avons eu la chance de voir la traversée de la rivière par les gnous et les crocodiles qui essaient de les chasser et c’est une image qui restera gravée dans notre mémoire. Le safari (ou « voyage ») vous permet de profiter de vastes plaines, de la savane et observer ces animaux : lion, éléphant, girafe, buffle, gnou, hippopotame, crocodile, zèbre, sanglier africain, babouin, antilope, autruche, rhinocéros, guépard et léopard.
Jambo Mondo
4
Voir les photos de MOAH VIAJES
4 photos

Un safari surprenant, une expérience unique

La réserve naturelle de Masai Mara, même sans être le plus grand parc du Kenya, est l'un des plus spectaculaires et des plus populaires dans le pays. Riche en animaux, avec ses prairies vallonnées et ses savanes d'acacias, cette réserve a souvent été immortalisée dans les films, comme par exemple dans "Out of Africa" pour le plus célèbre.
La réserve est limitrophe de la Tanzanie et les deux pays partagent les plaines du Serengeti, avec des animaux sauvages en liberté entre les deux pays, en recherche de nourriture.
La concentration des animaux pendant la Grande Migration Mara est incroyable et c'est l'un des rares endroits où vous aurez la possibilité de voir les "5 Grands": buffle, lion, léopard, éléphant et rhinocéros. En fait, les lions sont très fréquents et vous pourrez même les voir chasser durant la visite. D'autres animaux qui peuvent être vus comme des guépards, des zèbres, des hyènes tachetées, des chacals à dos noir, des hippopotames, des girafes, des élans et bien sûr, des gnous.
Pour avoir la chance de visiter ce parc, nous recommandons un séjour de 3-4 jours et de rester à la Mara Camp Ashnil.
MOAH Destinations Exclusives se fera un plaisir de vous proposer une expérience personnalisée.
Nous n'organisons pas des voyages ... nous dessinons des expériences.
Bienvenue dans le monde de MOAH.
MOAH VIAJES
4
Voir les photos de ChaCh'
4 photos

La réserve nationale de masai mara dé...

La réserve nationale de Masai Mara dépasse de loin vos rêves les plus fous. Ce n'est même pas comme dans le Roi Lion, c'est mieux encore ! Sous le ciel bleu-violet, de la savane dorée à perte de vue, ponctuée de buissons d'épineux et d'acacias. Des lions qui font la sieste sous un rocher, un peu plus loin des lionnes qui partent chasser, des éléphants qui se rafraîchissent dans un peu d'eau, des zèbres qui s'enfuient à l'approche du 4X4, des gazelles qui font la course, des gnous qui vous défient du regard, des impalas qui jouent, des dik-diks qui semblent tout droit sortis d'un dessin animé, des phacochères qui se suivent en file indienne, un couple majestueux de rhinocéros qui traverse la piste, au loin des girafes qui tendent leur coup vers les feuilles piquantes de quelques acacias, des oiseaux multicolores sur leurs dos... Et là un guépard qui soudain bondit et dans une course effrénée poursuit sa proie... De quoi rester éblouie et sans voix. Les couleurs sont enchantées, la nature est vivante de merveilles : On comprend pourquoi les Masais ne quittent pas ces terres. Ils sont encore 30 000 aujourd'hui à vivre autour de la réserve.
ChaCh'
1
Voir les photos de henrique
1 photo

J'ai fait un voyage fabuleux à explor...

J'ai fait un voyage fabuleux à explorer différents coins de l'Afrique orientale. Chaque étape signifiait des paysages, des personnes et des animaux spectaculaires et différents. Dans le célèbre parc national Masai maara au Kenya, j'ai rencontré un guide Masai qui m'a emmené pendant trois heures sur les traces d'un grand lion. Jusqu'à ce qu'on finisse par le localiser. Nous nous sommes beaucoup approchés et ce fut la plus impressionnante rencontre visuelle que j'ai jamais faite. La force de ces yeux jaunes m'a fait revenir sur mes pas. Tout simplement génial!
henrique
Lire 10 autres
Publier
1
Voir les photos de luisitoelverbenas
1 photo

Dans le parc national de masai mara,l...

Dans le parc national de Masai Mara,le plus célèbre parc de Kenya, vous pourrez profiter d'un apéritif au coucher du soleil dans la splendide savane. Le lieu est entouré d'animaux, ce qui vous invite à ne pas quitter des yeux l'horizon car il se peut qu'un animal voudrait prendre un verre en votre compagnie.
luisitoelverbenas
1
Voir les photos de Miquel Silvestre
1 photo

La présence d'un début de vie stimule...

La présence d'un début de vie stimule l'émotivité du voyageur, mais parcourir cette savane sauvage sans défense , sans voiture avivait le sentiment de devoir vivre comme s'il n'y avait pas de lendemain.
Miquel Silvestre
38
Voir les photos de Belén García
38 photos

Safari dans la réserve naturelle du masai mara

Réserve naturelle de Masai Mara est situé au sud-ouest du Kenya, est appelé ainsi parce que la tribu Maasai vivant dans cette région et aussi parce que la rivière Mara qui traverse. L'une de ses attractions est la diversité de la faune, de sa population de lions, des hippopotames, des guépards et hyènes. Nous pouvons aussi trouver des espèces menacées comme le rinocerento Negoro, mais si nous cherchons le vrai résidents de cette réserve est le gnou comme les zèbres, chaque année, ces animaux migrent du Serengeti à la recherche de pâturages et de retour en Octobre, c'est ce qui est appelé la Grande Migration. Une autre fonctionnalité que je voudrais dire, c'est que la plupart des territoires est une feuille où nous pouvons trouver les acacias mythiques, qui, lorsqu'il est mélangé avec du soleil peuvent obtenir une photo renversante. La grande majorité des animaux a tendance à se concentrer sur l'ouest, et qu'il ya un meilleur accès à l'eau. Dans une de nos routes, "Big Safari», passé 3 jours dans le Masai Mara, 3 dans le Serengeti et du Ngorongoro un! Nous pouvons faire l'un des meilleurs safaris là, voir comment les animaux interagissent les uns avec les autres et le cycle de vie dans le Masai Mara réserve naturelle de sommeil deux jours à notre camp le long de la rivière Mara, la prochaine étape naturelle de migration et 20 mètres d'une grande famille d'hippopotames. Toute la sécurité de nuit aura nous fournissons guerriers Masai. Profitez de lever de soleil sur le petit déjeuner et nous partions pour notre premier safari. Un safari d'une journée complète (safari) animaux ressemblant à des lions, des léopards, des rhinocéros, des éléphants, etc .... Nous allons manger quelque part dans le parc et après un safari l'après-midi, retour au camp avant le coucher du soleil.

Safari en la reserva natural masai mara

La Reserva Natural Masai Mara se encuentra situada al sudoeste de Kenia, se llama así debido a que la tribu masái habita dicha zona y también porque el río Mara que la cruza. Uno de sus atractivos es la diversidad de fauna, destaca su población de leones, hipopótamos, guepardos y hienas. También podemos encontrar especies amenazadas como el rinocerento negor, pero si buscamos el verdadero poblador de esta reserva es el ñu al igual que las cebras, estos animales todos los años migran desde el Serengeti en busca de pastos y regresan en octubre, es lo que se llama la gran migración.

Otra característica que me gustaría comentar es que gran parte del territorio es una sabana donde podemos encontrar las míticas acacias, que cuando se mezclan con la puesta de sol puedes obtener una fotos impresionantes. La gran mayoría de los animales suele concentrarse en la zona occidental, ya que hay un mejor acceso al agua.

En una de nuestras rutas, "Gran Safari", pasamos 3 días en el Masai Mara, 3 en el Serengeti y uno en el Ngorongoro! Podemos hacer uno de los mejores safaris que hay, veremos como interactuan los animales entre ellos y el ciclo de la vida

En la Reserva Natural Masai Mara dormiremos dos días en nuestro campamento junto el río Mara, al lado de un paso natural de la migración y a 20 metros de una gran familia de hipopótamos. Durante toda la noche dispondremos de la seguridad que nos proporcionan los guerreros Masai.

Disfrutaremos del amanecer mientras desayunamos y partimos a nuestro primer safari. Un completo día de game drive (safari) buscando animales como leones, leopardos, rinocerontes, elefantes, etc.... Comeremos en algún lugar dentro del parque y tras una tarde de safari, regresaremos al campamento antes de la puesta de sol.
Belén García
Traduire
Voir l'original
46
Voir les photos de Ignacio Izquierdo
46 photos

Le joyau au kenya

Ce parc national est fabuleux le Kenya le plus spectaculaire. Par extension et le nombre d'animaux qui peut être vu. Nous avons passé deux jours et demi traverser et on voyait presque tout (nous avons résisté le guépard et le léopard), qui considère qu'il n'a pas même pendant la saison sèche qui est juste de l'eau et les animaux sont concentrés dans un petit buveurs, ce qui signifie que le montant de la faune est énorme. Troupeau d'éléphants, hipopótamamos, toutes sortes d'antilopes, des zèbres, des oiseaux ou commencer parce que ce serait pour un livre, la girafe, l'insaisissable et très difficile à voir hippopotame noir et lions spectaculaires, qui a également coûté trouver mais il suffit de regarder 12 ensemble. Magnifique. Le Masai Mara continue Serengeti (Tanzanie il) est célèbre pour la traversée annuelle des gnous ses eaux. Pour voir la traversée devrait aller sur Septembre, donc nous ne pouvions pas voir, mais nous étions avec une image de parc verdoyant et animé.

La joya de kenia

Este fabuloso parque Nacional es de lo más espectacular de Kenia. Por extensión y por la cantidad de animales que se pueden ver. Nosotros pasamos dos días y medio recorriéndolo y pudimos ver prácticamente de todo (se nos resistieron el guepardo y el leopardo), lo cual teniendo en cuenta que aún no era la época seca en la que apenas queda agua y los animales se concentran en los pequeños bebederos, quiere decir que la cantidad de fauna es descomunal.

Multitud de elefantes, hipopótamamos, todo tipo de antílopes, cebras, con las aves ni empiezo porque sería para un libro, jirafas, el esquivo y muy difícil de ver hipopótamo negro y los espectaculares leones, que también costo encontrarlos pero acabamos viendo 12 juntos. Maravilloso.

El Masai Mara que continua el Serengueti (éste en Tanzania) es famoso por el cruce anual de ñus por sus aguas. Para ver el cruce hay que ir sobre septiembre, así que no lo pudimos ver, pero nos quedamos con una imagen del parque verde y llena de vida.
Ignacio Izquierdo
Traduire
Voir l'original
7
Voir les photos de Dharmabum
7 photos

Une expérience qui laisse sa marque

Un safari en Afrique est une de ces choses que tous les voyageurs veulent faire, au moins une fois dans votre vie, et certainement les belles savanes entre le Kenya et la Tanzanie sont parmi les plus populaires de l'ensemble du continent africain. La grande surface du Masai Mara / Serengeti est certainement l'un des meilleurs, car il offre la possibilité de rencontrer assez facilement tous les plus célèbres animaux africaines: lions, léopards, guépards, hippopotames, gazelles, zèbres, buffles, éléphants ... il est presque impossible de les énumérer tous. La partie kenyane de ces savanes (Masai Mara) est très populaire, mais beaucoup moins cher que la Tanzanie et donc plus adapté pour les routards et les voyageurs à petit budget. Les safaris peuvent être organisés confortablement à Nairobi en quelques heures, vous pouvez choisir entre plusieurs options allant de 2/3 jours à une semaine. Selon moi le meilleur tour est de 4 jours combinées avec le lac Nakuru. Si vous voulez assister à la grande migration des gnous vous devez réserver à l'avance.

Un'esperienza che lascia il segno

Un safari in Africa è una di quelle cose che tutti i viaggiatori desiderano fare, almeno una volta nella vita, e sicuramente le bellissime savane tra il Kenya e la Tanzania sono tra le zone più gettonate dell'intero continente africano.
La vasta area del Masai Mara/Serengeti è sicuramente una delle migliori, visto che offre la possibilità di incontrare abbastanza facilmente tutti gli animali africani più noti: leoni, leopardi, ghepardi, ippopotami, gazzelle, zebre, bufali, elefanti... è quasi impossibile elencarli tutti.
La parte Kenyana di queste savane ( Masai Mara ) è molto frequentata ma molto più economica di quella Tanzaniana e quindi più adatta per backpackers o viaggiatori attenti al budget. I safari si possono organizzare comodamente a Nairobi anche in poche ore, si può scegliere tra varie opzioni che variano dai 2/3 giorni fino ad una settimana. Secondo me il tour migliore è quello di 4 giorni abbinato al lago Nakuru. Se si vuole assistere alla grande migrazione degli gnu bisogna prenotare con largo anticipo.
Dharmabum
Traduire
Voir l'original
57
Voir les photos de Alberto Hernández Sánchez
57 photos

Tout simplement spectaculaire

Masai Mara en Juin à Octobre, vous pouvez voir de nombreux animaux: nous, zèbres, et toutes sortes de prédateurs antlopes avec escorter après avoir passé tout l'été, de retour vers le Serengeti (traversée de la Mara). Mais au-delà de tout cela, il ya contact frappante avec le Maasai, avec leurs tissus colorés destacndose sur la plaine; fiers de leur culture antique qui a maintenu le contact avec la nature armnico incompréhensible à nos yeux occidentaux, de petits villages. Et les enfants avec ses pasteurs du personnel, agitant joyeusement que nous passions.

Simplemente espectacular

En Masai Mara de junio a octubre, se pueden ver cantidad de animales: ñus, cebras, y todo tipo de antílopes con los depredadores acompañantes que tras haber pasado todo el verano, regresan de nuevo al Serengueti (cruzando el Mara). Pero más allá de todo ello, es impactante el contacto con los masais, con sus telas de colores destacándose en la planicie; orgullosos de su cultura milenaria que ha mantenido un contacto armónico con la naturaleza, incomprensibles a nuestros ojos occidentales, sus diminutos poblados …. Y los niños con su vara de pastores, saludando con alegría a nuestro paso.
Alberto Hernández Sánchez
Traduire
Voir l'original
79
Voir les photos de Crisanto González Ríos
79 photos

Il est la terre qui définit le mieux et identifie ms si l'afrique

Il est la terre des feuilles, la terre qui reflète mieux les quelques pluies et des sécheresses. Ce sont les couchers de soleil incroyables, et la terre des lions, des éléphants, des léopards, des girafes, avec la migration de nous, etc, etc, où la beauté et la rudesse de la vie animale sauvage, vivent en tout temps .

Es la tierra que mejor define y más si identifica con áfrica

Es la tierra de las Sabanas, la tierra que mejor refleja las épocas de las lluvias y las sequías. Es la de la increíbles puestas de Sol, y la tierra de los Leones, Elefantes, Leopardos, Girafas, la de la migración de los Ñus, etc, etc, donde la belleza y dureza de la vida animal salvaje, se vive en cada momento.
Crisanto González Ríos
Traduire
Voir l'original
6
Voir les photos de Igor Pimienta Conde
6 photos

Migration dans le masai mara

Spectaculaire temps vécu dans le Masai Mara. Tandis que les zèbres ont déjà franchi le fleuve, appelé qui étaient de l'autre côté. Nous observons pendant 30 minutes jusqu'à ce qu'il se risqua à traverser l'un d'eux. Sans aucun genre de mésaventure, il traversa parfaitement et chaleureusement célébré la réunion. Nous avons également eu l'occasion de voir des lionceaux, à peine eu semaines et montre déjà sa terrible colère.

Migración en masai mara

Espectacular momento vivido en masai mara.
Mientras las cebras que ya habian cruzado el rio, llamaban a las que se encontraban en el otro lado. Nosotros observamos durante 30 minutos hasta que se aventuró a cruzar una de ellas.
Sin ningun tipo de percance logró cruzar perfectamente y celebraron efusivamente el reencuentro.
Tambien tuvimos la oportunidad de ver unos cachorros de leon, que apenas tenian semanas y ya mostraban su terrible genio.
Igor Pimienta Conde
Traduire
Voir l'original
43
Voir les photos de David Gimeno Redondo
43 photos

Nature et de la faune dans sa forme la plus pure, une expérience inoubliable ...

Grâce à un ami a obtenu le prix du voyage; une offre impossible à refuser tout ce qui compte tenu de ce qui allait être en mesure de profiter d'un pays vierge, loin de l'avancée implacable de l'homme, où la nature et la faune sont à l'ordre jour. Avant de commenter la préparation du voyage de brièvement, tout ce qui concerne les bagages, les changements sanitaires et monnaie. En ce qui concerne les maladies que nous pouvons y trouver comprennent principalement le paludisme, la fièvre jaune et l'hépatite A. Pour la fièvre jaune est obligatoire sont vaccinés et vaccinés se rendre dans ces pays. Avec le paludisme n'ont pas eu la même chance car il n'existe pas de vaccin, mais il est essentiel d'essayer de l'empêcher de prendre quelques comprimés par jour prophylactiques, dans mon cas, j'ai fait quelques appels Malarone. Quoi qu'il en soit, étant donné que le paludisme se transmet principalement par les piqûres de moustiques est très conseillé de prendre de bonnes protections d'insectes à éviter dans le premier terme de ces morsures. En ce qui concerne l'hépatite A diront que si la vaccination n'est pas obligatoire si elle est souhaitable. Cette hépatite se transmet par l'eau insalubre et comme vous le savez la qualité de l'eau en Afrique absent, c'est pourquoi nous devons éviter l'eau du robinet potable en aucune façon, il faut toujours boire une bouteille scellée pour éviter toute déception. Le thème de bagages dépend un peu du type de voyage que vous allez faire. Dans mon cas, comme dans la plupart, safari était principalement alors j'ai pris sur tous les vêtements sur le terrain et des chaussures confortables. Il est important d'éviter les couleurs vives dans nos vêtements et au contraire à dominer les couleurs neutres: gris, brun, vert et noir, car en dehors de dépenser plus d'animaux inaperçu pour éviter d'attirer les insectes. Il est également conseillé de porter un chapeau et crème solaire car le soleil brûle tout à fait là. Enfin, le taux de change. La monnaie du Kenya est le shilling, mais accepter des dollars et des euros dans presque tous les magasins. Ici, je prends part en dollars, en euros et une fois à l'aéroport de Nairobi changé shillings de l'argent pour être en mesure d'avoir les 3 pièces. Cette personne est bien pratique lorsque la négociation, et qui peut être fait dans presque tous les magasins, et de ne pas se laisser berner par les prix qu'ils obtiennent, car ils peuvent obtenir de poser la première 10 fois plus que le minimum auquel sont prêts à vendre, et il est possible que je tombe court. Je quitte la boutique pour les derniers jours de m'éviter charge la totalité du voyage avec eux. Aussi, vous pouvez trouver pratiquement les mêmes éléments dans tous les magasins. Pourtant, le troisième jour d'un jeu d'échecs est devenu entiché n'avait pas vu dans aucun autre magasin avant et a fini par acheter. Il est arrivé en Espagne avec un morceau cassé, rien de grave. Une fois préparé, on partira de l'aéroport de Barajas, même si c'était un long chemin depuis il n'ya pas de vols directs en provenance d'Espagne, et nous avons dû évoluer et changer d'avion à Bruxelles. Avant d'arriver à Nairobi a fait un autre bref arrêt en Ouganda pour prendre et déposer des passagers. Au total, il a fallu environ 12 heures pour arriver, heureusement seulement avait 2 heures le temps en Espagne. Rien de plus terre Jordi rencontré notre guide qui nous a emmenés à l'hôtel où nous aurions pu dîner et ensuite aller se reposer, parce que le lendemain matin, nous devions nous lever tôt pour parcourir les 340 kilomètres qui Nairobi séparée pour notre prochaine destination: le parc Shaba National. Nous nous sommes levés à 7 heures pour le petit déjeuner, bien plus qu'un petit déjeuner nous avons apprécié un bon repas, et nous avons eu un buffet très généreux "Petit déjeuner anglais". A 9 nous étions prêts à partir, le temps de trajet serait d'environ 5 heures et demie. Tout au long de la matinée, nous avons eu l'occasion de visiter les hauts plateaux du Kenya, principale région agricole du pays, un endroit où il facilite le développement de tous les types de cultures en raison de l'abondance de l'eau vient du Mont Kenya et les montagnes Aberdare . Nous avons traversé la rivière Tana, le plus long du pays, qui se jette dans l'océan Indien, et nous avons quitté la ville de Nyeri. A quelques miles de cela, nous sommes entrés dans un immense plateau aride à 2.000 mètres d'altitude dominée par les 5199 mètres du Mont Kenya, la plus haute montagne du pays. Nous entourés ses jupes, et une fois traversé Nanyuki descendu dans les plaines de Laikipia, d'origine volcanique, pour atteindre notre destination. Jeté les bagages et se sont installés dans le Sarova Shaba Lodge où nous pourrions Déjeuner au buffet à nouveau, et se préparer pour notre première sortie de safari. Nous sommes partis à 16 heures, le parc a un paysage très aride, gommage semi-désertique avec des groupes de taille moyenne, sauf pour une bande étroite de forêt sur les rives de la rivière, qui, avec son flux permanent possible vigne Hacena dans un endroit si sombre. Dans ce premier safari c'est là le moins que nous pouvions voir, cependant vu pas héberger d'autres espèces uniques des parcs: zèbre de Grévy, avec des rayures plus fines, la girafe d'antilope, avec sa propre façon de manger élevage sur ses pattes de derrière; girafe réticulée ou Oryx, une espèce d'antilope. En outre, nous avons également vu des éléphants, des gazelles Thompson, Guinée volaille, impalas, les phacochères, antilopes également appelés nains dic dic et même une lionne cachée sous les branches d'un arbre avec son chiot, mais nous ne pouvons pas trouver une si look léopard. Le parc a une variété de la faune, mais rien comparé à ce que nous attendions dans les prochains jours. Le lendemain matin, nous nous sommes levés à 6 et demi, nous nous attendons à 200 miles pour se rendre à notre prochain hébergement: The Ark Lodge, situé en face d'un étang dans les montagnes Aberdares. Peu de temps après avoir quitté nous nous sommes arrêtés une demi-heure pour voir une tribu Samburu village de Sava, où nous avons été accueillis avec une chanson et la danse traditionnelle, puis nous «invités» à entrer dans leur village pour voir leurs coutumes, comme vivant et, bien sûr, en essayant de nous vendre quelque chose. Malheureusement, j'ai trouvé que la tribu était vraiment faite pour le tourisme et la vie, nous avons dû payer 20 euros par personne et ensuite offert toutes sortes de gadgets fabriqués par eux en théorie, mais comme par hasard presque tout le monde d'accord avec ceux qui voyaient dans l' commerces. Nous continuons notre voyage aller retour par la même route que nous étions arrivés la veille pour atteindre Nyeri, où nous nous sommes arrêtés pour déjeuner au Country Club Aberdare. Ici, nous avons laissé la plupart de nos bagages dans un casier, nous laissant un petit sac de voyage, parce que dans la loge bagages Ark permis seulement pour une nuit. Nous avons également utilisé cet endroit pour voir et être à seulement quelques mètres de quelques animaux qui étaient à l'extérieur de l'enceinte, herbivores cours. Une fois que nous avons fini de manger et de préparer notre petit bagage a fait la dernière partie de notre hébergement. Les voitures laissées en face de nous une passerelle qui longeait la jungle à l'hôtel, au cours de notre voyage, nous avons vu des centaines d'oiseaux de toutes les couleurs qui sont venus à une mangeoire que l'hôtel avait installé le long de la passerelle. Ce fut le logement que j'aimais, c'était arche en forme, et sur le front était d'une grande fenêtre, à la fois le premier et le deuxième étage, donnant sur un vaste étang où vous pourrez voir toutes sortes d'animaux sauvages venant à boire. Le deuxième étage a aussi une terrasse face à l'étang. À l'arrivée, nous avons vu une petite famille d'éléphants, l'un d'eux s'est approché de seulement quelques mètres de la vitre, vous pouvez presque les toucher. Bientôt vint une famille de phacochères, plus tard, nous voyons certains types d'oiseaux aquatiques. Mais le meilleur est venu le soir, quand les arbres sont venus une meute de hyènes et des phacochères tentative d'attentat, ceux-ci ont été mis sur les défenses de la ligne défensive formant une pensée difficile pour supprimer la faim quand les hyènes. Quand il était sombre, éclairée des lumières pour éclairer l'étang. Nous sommes restés jusqu'aux petites heures du matin dans l'espoir de voir une certaine action avec les hyènes. Notre attente a été récompensée, est venu à boire à l'étang une petite dic dic qui a été rapidement attaqué par les hyènes, malheureusement réussi à atteindre la jungle et nous pourrions voir plus, mais était désavantagé dans la course et sûrement chassé près . Après ce petit spectacle, nous sommes allés dormir. Il était une joie d'entendre le bruit des animaux par la fenêtre que nous avons pris le rêve. Nous nous sommes levés à 7, et nous avons trouvé une agréable surprise: un étang avait atteint un troupeau assoiffé de buffle, une grande image avec laquelle nous disons au revoir à cet endroit fantastique. Nous nous sommes dirigés à Nakuru, notre prochain arrêt, à environ 190 km de l'Arche, dans les montagnes Aberdares au nord et à franchir la ligne de l'Equateur, où nous faisons une courte halte pour se sentir au centre du monde. Nous avons fait notre chemin vers la petite ville de Nyahururu, la plus haute au Kenya, où les chutes Thompson, qui était la raison de l'arrêt. Nous avons regardé d'un point de vue situé à la même hauteur. J'ai trouvé un endroit agréable, mais totalement dispensable, il y avait toujours une cascade. Une fois Nakuru nous sommes allés au Sarova Lion Hill Lodge, situé près du lac, dans le parc. Nous avons laissé nos sacs et sommes déjeuner. Après nous nous préparons pour la route safari autour du lac. Lac Nakuru est l'un des plus grand paradis ornithologique du monde. Entouré par des forêts d'acacias, non seulement doit son attrait pour les plus de 450 espèces d'oiseaux qui y vivent, mais aussi les différents mammifères qui vivent en harmonie dans ce paysage aquatique. Mammifères tels que l'eau conque, buffles, zèbres, phacochères, babouins, totas, girafes, rhinocéros noir et blanc, gazelle, et les chats comme les lions et les léopards. Cependant, le plus connu de ce parc sont les flamants roses qui peuplent les eaux du lac de sorte que les bords de cette rose sont teints en raison de l'agglomération de flamants roses qui se forment dans ses eaux. Cette pigmentation flamants roses si fréquent, en raison de leur nourriture principale, une algue dont ils bénéficient dans les eaux du lac. Nous avons quitté le chemin de Lodge du lac, le long du chemin, nous avons vu plusieurs groupes de babouins. Nous cherchions aussi dans les arbres un léopard, mais là encore, pas de chance. Nous sommes arrivés au bord du lac où nous pourrions perdre nos véhicules à une distance de sécurité afin de ne pas déranger les oiseaux. Avant de nous jeter une tache rose sur la route survolée par des milliers de pélicans et les flamants roses dans l'environnement gouverné par une forte odeur semblable à l'ammoniac en raison de fientes d'oiseaux. Après merveille à cette grande source de vie retourné à la voiture et suivit la route de parc safari. Avant de retourner faire un stage dans les zones forestières est passé par un vert pâturage où nous pouvions voir une paire d'énormes rhinocéros blancs, des zèbres et un troupeau de buffles qui a traversé notre chemin. Nous continuons vers le haut d'une colline, où un belvédère où nous avons fait une courte escale. De là, il y avait un incroyable panoramique du lac Nakuru, à partir de ce moment, il ressemblait à l'ensemble de la rive du lac a été colorée par un flamant rose. Dans cet endroit nous avons eu une histoire avec un peu peur que nous a causé un babouin, qui est entré dans une voiture et volé de la nourriture. Retour sur la route près de la forêt, nous avons vu une famille avec un bébé girafe, et à proximité de ceux-ci, un couple de mâles s'affrontant dans un duel, peut-être une femme, s'est écrasé ses cornes en utilisant la grande force de leurs cous. A commencé à tomber dans l'après-midi et encore une fois nous sommes allés à la déception de ne pas voir un léopard, cependant, nous obtenons une surprise quand presque disparu lumière, les buissons notre guide repéré un rhinocéros noir, pas facilement voir, qui se réfugie dans les buissons avec son petit bébé, nous ne pouvions pas voir de très près l'animal mais certainement, nous allons prendre très bon goût. Comme nous sommes retournés à l'auberge nous avons pu profiter du coucher de soleil qui vire à l'orange et le rouge ciel africain tandis que le pâturage a été ruminer un grand troupeau de bisons. Le lendemain matin, une fois de plus, nous nous sommes levés tôt. Nous avons attendu 310 km avant d'arriver à Maasai Mara. Nous avons visité la Grande Vallée du Rift Rift au sud. D'abord nous avons passé le lac Elementeita, en proie, comme la Nakuru, des milliers de flamants roses. Puis nous avons vu le lac Naivasha et Longonot volcan. Nous avons traversé les plaines Narok et Loita où nous avons vu des villages Massaï, appelés circulaire "manyattas". Enfin nous arrivons à la célèbre Serengeti plaines, dont la partie nord est Maasai Mara. Nous avons séjourné au Mara Camp Sarova où nous pouvions manger et se préparer pour la prochaine sortie de safari qui a commencé à 16 heures. Maasai Mara est situé dans le territoire masaï, ce parc a également nommé d'après la rivière qui la traverse: la Mara. Contrairement à la plupart des rivières de la savane africaine, la Mara a écoulement permanent tout au long de l'année, en se concentrant sur la proximité de populations d'animaux sauvages qui constituent l'attraction principale du parc. Cette garantie de l'eau, même pendant la saison sèche, se concentre sur les vastes espaces du Maasai Mara à un grand nombre d'herbivores: zèbres, gnous, Thompson et Grant gazelles, alcéfalos, damaliscos, des buffles, des éléphants, des rhinocéros, et bien d'autres qui font à ce parc dans le monde avec la plus grande concentration de la faune. Évidemment, cette grande quantité de nourriture de la viande attire une variété de prédateurs: lions, léopards, guépards, hyènes, chacals, et un peu plus. Les chances d'être en mesure de voir tous ces animaux et de voir l'évolution de la vie dans la savane sont très élevés, bien que, comme nous le savons tous, heureusement, l'Afrique n'est pas un zoo, qui ajoute le frisson de la chasse, nous donnant la possibilité de pour interagir avec la nature. En entrant dans le parc et a cherché mirases de vie que vous avez consultées, des centaines d'herbivores ont été perdus dans la vue de la savane, en particulier les gazelles et zèbres Thompson, gnous certains ont commencé à arriver à Maasai Mara, mais rien comparé à la grande migration peut être considéré comme à peine deux semaines plus tard, sans doute le meilleur moment pour visiter Maasai Mara. Nous avons visité de nombreuses routes du parc à la recherche une fois de plus particulièrement léopard et le guépard, mais comme toujours sans succès, en plus des centaines de gazelles, les zèbres et les buffles que nous avons vu au cours de la visite, nous avons pu voir notre premier lion mâle se reposait à l'ombre d' certains grands buissons, avant de passer nous a laissé une belle image quand béant et en montrant ses énormes mâchoires. Avant le crépuscule, nous avons vu une lionne se cacher sous un arbre, d'observer de plus près qui dévorait une proie, d'après le peu qu'il en restait, semblait un damalisco, nous pourrions voir le carnage que d'environ 3 mètres de la lionne, le qui ne bougera pas avec notre présence. Maintenant, revenons à la loge et le ciel commençait à coucher de soleil couleur teintée, nous sommes au milieu de notre voyage avec une famille d'éléphants, y compris l'élevage, manger quelques arbres, se tenait à côté d'eux et nous disons au revoir à l' journée avec un beau coucher de soleil alors que nous admirions ces grands herbivores. Le lendemain matin, nous sommes partis très tôt avec l'intention de voir une certaine action, parce que ces premières heures de la matinée, la savane animation devient d'autant plus que c'est le temps, avec le coucher du soleil, où le grand prédateurs recherche de nourriture avant que la température est trop élevée pour un effort physique. C'est pourquoi, l'une des périodes de la journée où les chances de voir une scène de chasse est plus élevé. Malheureusement, nous n'avons réussi à localiser une lionne qui a suivi pendant un certain temps un couple de buffles, mais il a été décidé d'attaquer, ce qui est logique compte tenu de la taille des herbivores et la lionne était seul. En milieu de matinée nous avons quitté le parc de la tête d'un petit village Massaï. Nous avons été accueillis avec de la musique et de la danse dans laquelle nous nous engageons avec eux à gauche avant d'entrer dans le village. Comme pour la première tribu, nous avons visité, ce semble aussi servir le tourisme pour vivre. Sans aucun doute, le moins de mon excitation du voyage a été la visite des deux tribus. Après le déjeuner au lodge, nous sommes retournés au parc pour profiter de notre dernière safari de sortie, dans l'espoir d'obtenir de voir le léopard et le guépard finalement nous avons dû résister pendant tout le voyage, malheureusement nous avions Madrid sans être en mesure de voir ces beaux chats, mais avec une excuse pour revenir. L'après-midi est allé calme, bénéficiant d'une savane animé ne bougera pas avec notre présence. Nous avons vu des lions de plus: une femme portant un damalisco fraîchement pêchés ses Mors à prendre à un endroit plus calme où vous pouvez manger, suivie de près par une paire de dragons qui semblait avoir l'espoir d'attraper une collation chasse lionne, un assez grand groupe de lionnes se prélasser buissons tandis que ses oursons gambadaient sous les yeux attentifs de leurs mères, une paire de lions mâles beau, l'air jeune, et enfin, et cachant le soleil, nous pourrions dire adieu à Maasai Mara à la vue des deux lionnes, qui, avec nous, semblait apprécier le magnifique coucher de soleil à l'horizon africain. Un grand timbre pour dire au revoir à la vie sauvage africaine. Le lendemain matin, nous nous dirigeons vers Nairobi laissant derrière lui l'image du légendaire savane africaine avait si souvent vu dans les documentaires, les vastes étendues d'herbes sèches ont été cède la place à frotter et ainsi, peu à peu, le riche et verdoyant à proximité Nairobi. Nous avons séjourné au même hôtel que le premier jour, nous avons mangé, puis a pris l'après-midi de congé pour visiter quelques-uns centre de Nairobi. Nous sommes allés au musée de la science, mais ni le musée, ni la ville elle-même les touristes peine d'en parler. Également dû marcher avec des milliers d'yeux, il n'est pas très sûr et facile à localiser les touristes comme nous qui peuvent voler le portefeuille et la caméra, c'est pourquoi nous sommes allés avec juste un peu d'argent dans leurs poches. La nuit, nous avions loué un dîner dans un restaurant célèbre appelé Carnivore Nairobi. Dans ce restaurant, vous pourrez déguster toutes sortes de viandes, y compris des animaux de la savane comme zèbre, antilopes, gnous, autruches et les crocodiles de donner quelques exemples. Une toute nouvelle expérience à manger pour nos palais. Le dernier jour, nous avons fait un peu lourd. Nous avons dû quitter les chambres de l'hôtel à 10 heures, mais notre avion ne partions pas pour encore 13 heures plus tard. Nous avons passé toute la journée dans le hall et dans les hamacs de la piscine de l'hôtel. Au tour a dû retourner à changer d'avion à Bruxelles, heureusement, nous n'avons pas s'arrêter en Ouganda, et finalement atterri à Madrid.

Naturaleza y vida salvaje en estado puro, una experiencia inolvidable...

Gracias a un amigo conseguimos el viaje a precio de coste; una oferta imposible de rechazar teniendo en cuenta todo lo que iba a poder disfrutar en un país virgen, lejos del avance imparable del hombre, donde la naturaleza y la vida salvaje están a la orden del día.

Antes de comenzar os comentaré brevemente la preparación del viaje, todo lo relacionado con equipaje, medidas sanitarias y cambios de moneda.

En cuanto a las enfermedades que nos podemos encontrar allí destacan principalmente la malaria, la fiebre amarilla y la hepatitis A.
Para la fiebre amarilla nos vacunamos y es obligatorio vacunarse para poder viajar a estos países.
Con la malaria no tuvimos la misma suerte ya que no hay vacuna, pero es imprescindible intentar prevenirla tomando diariamente unas pastillas profilácticas, en mi caso tomé unas llamadas Malarone. De todas formas, dado que la malaria se transmite principalmente a través de las picaduras de mosquitos es muy aconsejable llevarse buenos protectores contra insectos para evitar en un primer término esas picaduras.
Con respecto a la hepatitis A diré que aunque no es obligatorio vacunarse si que es aconsejable. Esta hepatitis se transmite a través del agua en mal estado y como ya sabréis en África la calidad del agua brilla por su ausencia, es por ello que se debe de evitar beber agua del grifo bajo ningún concepto; hay que beberla siempre de botellas precintadas para evitar disgustos.

El tema del equipaje depende un poco del tipo de viaje que se vaya a realizar. En mi caso, y como en la mayoría, iba principalmente de safari por lo que me llevé sobre todo ropa de campo y calzado cómodo. Es importante evitar los colores vivos en nuestras prendas de vestir y por el contrario que dominen los colores neutros: grises, marrones, verdes y negros; pues aparte de pasar mas inadvertidos ante los animales evitaremos atraer insectos. También es aconsejable llevar un gorro y crema solar ya que allí el sol quema bastante.

Por último, el cambio de moneda. La moneda de Kenia es el chelín, aunque aceptan dólares y euros en casi todas las tiendas. Yo me lleve de aquí una parte en dólares, otra en euros y una vez en el aeropuerto de Nairobi cambié parte del dinero a chelines para poder disponer de las 3 monedas. Esto personalmente me vino muy bien a la hora de regatear, ya que se puede hacer en casi todas las tiendas, y no hay que dejarse engañar por los precios que ponen, ya que pueden llegar a pedir al principio 10 veces más del mínimo al que están dispuestos a vender, y es posible que me quede corto. Yo deje las compras para los últimos días para evitarme cargar durante todo el viaje con ellas. Además que se pueden encontrar prácticamente los mismos artículos en todas las tiendas. Aun así, el tercer día me encapriché de un ajedrez que no había visto en ninguna otra tienda antes y terminé comprándolo. Llegó a España con una pieza rota, nada grave.

Una vez preparados, salimos desde el aeropuerto de Barajas, aunque fue un trayecto largo ya que no hay vuelos directos desde España, y tuvimos que hacer escala y cambio de avión en Bruselas. Antes de llegar a Nairobi hicimos otra pequeña parada en Uganda para recoger y dejar pasajeros. En total tardamos unas 12 horas en llegar, por suerte tan sólo había 2 horas más con respecto al horario en España. Nada mas aterrizar conocimos a Jordi, nuestro guía, que nos llevó al hotel donde pudimos cenar para luego ir a descansar, ya que a la mañana siguiente teníamos que madrugar para poder recorrer los 340 Km. que separan Nairobi de nuestro siguiente destino: el parque Nacional de Shaba.

Nos levantamos a las 7 de la mañana para desayunar, aunque más que un desayuno pudimos disfrutar de una buena comida, ya que teníamos un buffet libre bastante generoso al estilo “desayuno inglés”. A las 9 ya estábamos listos para partir, la duración del trayecto sería de unas 5 horas y media. Durante toda la mañana tuvimos la oportunidad de recorrer las tierras altas de Kenia, la principal zona agrícola del país; un lugar donde se facilita el desarrollo de todo tipo de cultivos gracias a la abundancia de agua procede del Monte Kenia y de los montes de Aberdare. Cruzamos el río Tana, el mas largo del país, que desemboca en el Indico, y dejamos atrás la ciudad de Nyeri. A pocos kilómetros de esta, entramos en una gigantesca y árida meseta situada a 2.000 metros de altitud dominada por los 5.199 metros del Monte Kenia, la montaña más alta del país. Rodeamos sus faldas, y una vez cruzado Nanyuki descendimos a las llanuras de Laikipia, de origen volcánico, hasta llegar a nuestros destino. Deshicimos el equipaje y nos instalamos en el Sarova Shaba Lodge donde pudimos almorzar, de nuevo en buffet, y prepararnos para nuestra primera salida de safari.
Salimos a las 4 de la tarde, el parque tenia un paisaje muy árido, semidesértico, con agrupaciones de matorrales de media altura exceptuando una estrecha franja de bosque en la ribera del río, gracias al cual, con su caudal permanente, hacena posible la vid en un paraje tan desolador. En este primer safari es donde menos fauna pudimos ver, no obstante vimos especies únicas que no albergan otros parques: la cebra de Grevy, con las rayas mucho mas finas; el antílope jirafa, con su peculiar manera de comer alzándose sobre sus patas traseras; la jirafa reticulada o el oryx, una especie de antílope. Además también vimos elefantes, gacelas Thompson, gallinas de guinea, impalas, facóceros, antílopes enanos también llamados dic dic e incluso una leona escondida bajo las ramas de un árbol junto a su cachorro, sin embargo no conseguimos encontrar ningún leopardo a pesar de buscarlos. El parque tenía una gran variedad de fauna, aunque nada comparado con lo que nos esperaba en los próximos días.

A la mañana siguiente nos levantamos a las 6 y media, nos esperaban 200 km para llegar a nuestro próximo alojamiento: The Ark Lodge, ubicado frente a una charca en los montes Aberdares. Al poco de salir hicimos una parada de aproximadamente hora y media para ver un poblado de la tribu Samburu Sava, donde nos recibieron con un baile y unos cantos tradicionales, después nos “invitaron” a entrar en su poblado para ver sus costumbres, como vivían, y como no, intentar vendernos algo. Lamentablemente, me pareció que la tribu estaba muy hecha al turismo y que vivían de ello, nos cobraron 20 euros por persona y luego nos ofrecieron todo tipo de artilugios en teoría fabricados por ellos, aunque casualmente casi todos coincidían con los que se veían en las tiendas. Continuamos nuestro viaje retrocediendo por la misma carretera por la que habíamos llegado el día anterior hasta llegar a Nyeri, donde paramos a almorzar en el Aberdare Country Club. Aquí dejamos casi todo nuestro equipaje en una consigna, dejando con nosotros una pequeña bolsa de viaje, pues en el Ark lodge solo permitían equipaje para una noche. También aprovechamos este lugar para poder ver y estar a tan solo unos metros de algunos animales que estaban a las afueras del recinto, herbívoros por supuesto. Una vez terminamos de comer y de preparar nuestro pequeño equipaje hicimos el último tramo hasta nuestro alojamiento. Los coches nos dejaron frente a una pasarela que recorría la selva hasta el hotel, durante este camino pudimos ver cientos de aves de todos los colores que acudían a unos comederos que el hotel tenía instalado junto a la pasarela. Este fue el alojamiento que más me gustó, tenía forma de arca, y en su parte frontal tenía una gran cristalera, tanto en el primer como en el segundo piso, que daba a una enorme charca donde se podía ver todo tipo de fauna acudiendo a beber. Sobre el segundo piso había una terraza que también daba a la charca. Nada mas llegar pudimos ver una pequeña familia de elefantes, uno de ellos se acerco a tan solo un par de metros de la cristalera, casi se podía tocar. Al rato llegó una familia de facóceros, más tarde pudimos ver algunos tipos de aves acuáticas. Pero lo mejor llego al caer la tarde, cuando apareció entre los árboles una manada de hienas e intentaron atacar a los facóceros, estos se pusieron a la defensiva formando una línea de colmillos desafiantes que pareció quitar el hambre a las hienas por el momento. Cuando se hizo de noche, encendieron unos focos para iluminar la charca. Nos quedamos hasta altas horas de la madrugada con la esperanza de poder ver algo de acción con las hienas. Nuestra espera obtuvo su recompensa, se acercó a beber a la charca un pequeño dic dic que fue atacado rápidamente por las hienas, lamentablemente consiguió llegar hasta la selva y no pudimos ver más, pero iba en desventaja en la carrera y seguramente le dieron caza cerca. Después de este pequeño espectáculo nos fuimos a dormir. Fue toda una gozada poder escuchar el sonido de los animales por la ventana mientras cogíamos el sueño.

Nos levantamos a las 7, y nos encontramos con una agradable sorpresa: a la charca había llegado una gran manada de búfalos sedientos; una gran estampa con la que pudimos despedirnos de este fantástico lugar.
Salimos rumbo a Nakuru, nuestra próxima parada, a unos 190 km del Arca, rodeando los montes Aberdares por el norte y cruzando la línea del ecuador, donde pudimos hacer una breve parada para poder sentirnos en el centro del mundo. Seguimos nuestro camino hasta llegar a un pequeño pueblo llamado Nyahururu, el más alto de Kenia, donde se encuentran las cascadas Thompson, las cuales eran el motivo de la parada. La vimos desde un mirador situado a su misma altura. Me pareció un lugar bonito pero totalmente prescindible, no dejaba de ser una cascada más. Una vez llegamos a Nakuru nos alojamos en el Sarova Lion Hill Lodge, situado muy cerca del lago, dentro del parque. Dejamos el equipaje y pudimos almorzar. Después nos preparamos para la ruta de safari por el lago.
El lago Nakuru es uno de los mayores paraísos ornitológicos del mundo. Rodeado por bosques de acacias, no solo debe su atractivo a las más de 450 especies distintas de aves que viven en él, sino también a los diversos mamíferos que conviven en armonía en este paisaje acuático. Mamíferos como cobos de agua, búfalos, cebras, jabalíes verrugosos, papiones, totas, jirafas, rinocerontes negros y blancos, gacelas; y felinos como leones y leopardos. Sin embargo, lo más conocido de este parque son los flamencos rosados, que pueblan las aguas del lago haciendo que las orillas de este se tiñan de rosa debido a la aglomeración de flamencos que se forma en sus aguas. Esta pigmentación rosa, tan común en los flamencos, se debe a su alimento principal, un alga la cual obtienen en las aguas del lago.
Salimos del Lodge camino al lago, durante el camino vimos varios grupos de babuinos. También buscábamos entre los árboles algún leopardo, pero una vez más, no tuvimos suerte. Llegamos a las orillas del lago donde pudimos bajar de nuestros vehículos a una distancia prudencial para no molestar a las aves. Ante nosotros se extendía una gran mancha rosa en constante movimiento sobrevolada por pelícanos y miles de flamencos; en el ambiente gobernaba un olor fuerte, similar al amoniaco, debido a los excrementos de las aves. Después de maravillarnos con esta gran fuente de vida volvimos al coche y seguimos el recorrido de safari por el parque. Antes de volvernos a internar en el bosque pasamos por unas zonas con pastos verdes donde pudimos ver un par de enormes rinocerontes blancos, algunas cebras y una gran manada de búfalos que cruzo por nuestro camino. Seguimos hasta lo alto de una colina, donde había un mirador en el que hicimos una pequeña parada. Desde aquí había una panorámica increíble del lago Nakuru, desde esta altura se veía como toda la orilla del lago estaba teñida por una mancha rosa de flamencos. En este lugar tuvimos una anécdota con un pequeño susto que nos causó un babuino, el cual se metió en uno de los coches y nos robó algo de comida. De vuelta a la ruta en las inmediaciones del bosque vimos una familia de jirafas con una cría, y muy cerca de estas, una pareja de machos retándose en un duelo, posiblemente por una hembra, chocaban sus cuernos utilizando la gran fuerza de sus cuellos . Empezaba a caer la tarde y una vez más nos íbamos con la desilusión de no haber visto un leopardo, no obstante, nos llevamos una sorpresa cuando ya casi se había ido la luz, entre unos matorrales nuestro guía diviso un rinoceronte negro, nada fáciles de ver, que se refugiaba entre la maleza con su pequeña cría, no pudimos ver muy de cerca al animal, pero sin duda se nos quedo muy buen sabor de boca. Mientras volvíamos al Lodge pudimos disfrutar del atardecer que tiñó de naranja y rojo el cielo africano mientras en los pastos seguía rumiando una gran manada de búfalos.

A la mañana siguiente, una vez más, nos levantamos temprano. Nos esperaban 310 km antes de llegar a Maasai Mara. Recorrimos el valle de la Gran Falla del Rift en dirección sur. Primero pasamos por el lago Elementeita, plagado, al igual que el Nakuru, de miles de flamencos rosas. Luego vimos el lago Naivasha y el volcán Longonot. Cruzamos Narok y las llanuras de Loita donde vimos los poblados Maasais, llamados “manyattas”, de forma circular. Finalmente llegamos a la famosa llanura del Serengueti, en cuya parte norte se encuentra Maasai Mara. Nos alojamos en el Sarova Mara Camp donde pudimos comer y prepararnos para la próxima salida de safari que comenzaba a las 4 de la tarde.
Maasai Mara esta situado en territorio Maasai, este parque también recibe su nombre por el río que lo atraviesa: el Mara. al contrario que la mayoría de los ríos de la sabana africana, el Mara tiene caudal permanente durante todo el año, concentrando en sus proximidades poblaciones de vida salvaje que componen el principal atractivo del parque. Esta garantía de agua incluso en época de sequía, concentra en los enormes espacios abiertos de Maasai Mara a grandes cantidades de herbívoros: cebras, ñus, gacelas Thompson y de Grant, alcéfalos, damaliscos, búfalos, elefantes, rinocerontes, y otros muchos que convierten a este parque en el lugar del mundo con mayor concentración de vida salvaje. Evidentemente, esta gran cantidad de alimento cárnico atrae a toda una serie de depredadores: leones, leopardos, guepardos, hienas, chacales, y algunos más. Las posibilidades de poder ver a todos estos animales y ser testigos del desarrollo de la vida en la sabana son muy altas, aunque, como todos sabemos, afortunadamente África no es un zoo, lo que añade la emoción de la búsqueda, brindándonos la oportunidad de poder interactuar con la naturaleza.
Nada mas entrar en el parque ya se veía vida mirases por donde mirases, cientos de herbívoros se perdían en la vista de la sabana, en especial gacelas thompson y cebras, algunos ñus empezaban a llegar a Maasai Mara, pero nada en comparación de la gran migración que se podrá ver tan solo 2 semanas después, sin duda la mejor época para visitar Maasai Mara. Recorrimos innumerables caminos del parque, una vez más buscando en especial leopardos y guepardos pero como siempre sin éxito, además de las cientos de gacelas, cebras y búfalos que vimos durante todo el recorrido conseguimos ver nuestro primer león macho, estaba descansando a la sombra de unos grandes arbustos, antes de seguir nos dejo una preciosa imagen al bostezar y mostrarnos sus enormes fauces. Antes de caer la tarde vimos una leona escondida debajo de un árbol, al acercarnos observamos que estaba devorando una presa, por lo poco que quedaba de ella, parecía un damalisco; pudimos ver la carnicería a tan solo unos 3 metros de la leona, la cual ni se inmutaba con nuestra presencia. Ya de vuelta al Lodge y con el cielo empezando a teñirse del color del atardecer, nos encontramos en medio de nuestro camino con una familia de elefantes, con cría incluida, que comían de unos árboles, paramos justo al lado de ellos y pudimos despedirnos del día con un precioso atardecer a la vez que admirábamos a estos grandes herbívoros.

A la mañana siguiente, salimos muy temprano con la intención de poder ver algo de acción, pues a estas primeras horas de la mañana, la sabana cobra una especial animación, ya que es la hora, junto con el atardecer, en la que los grandes depredadores buscan su alimento antes de que la temperatura sea excesivamente alta para cualquier esfuerzo físico. Es por esto, uno de los periodos del día cuando las probabilidades de contemplar alguna escena de cacería es más elevada. Lamentablemente, sólo conseguimos localizar una leona que estuvo siguiendo durante un rato a un par de búfalos, sin embargo no se decidió a atacar, algo lógico teniendo en cuenta el tamaño de los herbívoros y de que la leona estaba sola.
A media mañana salimos del parque para dirigirnos a un pequeño poblado Maasai. Nos recibieron con música y una danza en la que nos dejaron participar con ellos antes de entrar al poblado. Al igual que con la primera tribu que visitamos, esta también parecía servirse del turismo para vivir. Sin lugar a dudas, lo que menos me entusiasmo del viaje fue la visita a las dos tribus.
Después de comer en el Lodge, salimos de nuevo hacia el parque para disfrutar de nuestra última salida de safari, con la esperanza de conseguir ver al leopardo y al guepardo por fin, se nos llevaban resistiendo durante todo el viaje, lamentablemente nos volveríamos a Madrid sin poder contemplar estos bellos felinos pero con una excusa para volver. La tarde pasó tranquila, disfrutando de una sabana llena de vida que no se inmutaba con nuestra presencia. Pudimos ver algunos leones más: una hembra que transportaba un damalisco recién atrapado entre sus fauces para llevarlo a un sitio más tranquilo donde poder alimentarse, seguida de cerca por un par de chacales que parecían tener la esperanza de poder agarrar algún bocado de la cacería de la leona; un grupo bastante numeroso de leonas descansando junto a unos arbustos mientras sus cachorros jugueteaban bajo la atenta mirada de sus madres; un par de leones machos preciosos, parecían jóvenes; y por último, ya ocultándose el sol, pudimos despedirnos de Maasai Mara con la vista de otras dos leonas, que junto a nosotros, parecían disfrutar de la bella puesta de sol en el horizonte africano. Una gran estampa para despedirnos de la África salvaje.

A la mañana siguiente, pusimos rumbo a Nairobi dejando atrás la imagen de la legendaria sabana africana que tantas veces habíamos visto en documentales; las enormes extensiones de hierba seca iban dando paso al matorral y así, paulatinamente, al rico y exuberante verde de las inmediaciones de Nairobi.
Nos alojamos en el mismo hotel que el primer día, comimos, y luego aprovechamos la tarde libre para visitar un poco el centro de Nairobi. Fuimos al museo de ciencias, pero ni el museo ni la ciudad en si merecen la pena turísticamente hablando. Además había que andar con mil ojos ya que no es una ciudad muy segura y es fácil localizar a turistas como nosotros a los que poder robar la cartera y la cámara, es por eso que salimos con solo un poco de dinero en los bolsillos. Ya por la noche, teníamos contratada una cena en un famoso restaurante de Nairobi llamado Carnivore. En este restaurante se puede degustar todo tipo de carnes, incluidas las de algunos animales de la sabana como cebra, antílope, ñu, avestruz o cocodrilo por poner algunos ejemplos. Toda una experiencia gastronómica nueva para nuestros paladares.

El último día se nos hizo un tanto pesado. Tuvimos que desalojar las habitaciones del hotel a las 10 de la mañana, pero nuestro avión no salía hasta dentro de 13 horas después. Pasamos todo el día en el hall y en las hamacas de la piscina del hotel.
En la vuelta tuvimos que volver a cambiar de avión en Bruselas, por suerte no hicimos parada en Uganda, y por fin aterrizamos en Madrid.
David Gimeno Redondo
Traduire
Voir l'original
20
Voir les photos de Miriam y Fernán
20 photos

Réserve naturelle du masai mara

Les célèbres parcs nationaux du Kenya, ms est le prolongement naturel du Serengeti en Tanzanie et l'endroit idéal pour voir l'endroit Big 5; Leopard, len, l'éléphant, le buffle et le rhinocéros. En outre, vous pouvez profiter de l'un des phénomènes les plus spectaculaires de la faune: la Grande Migration. Entre Septembre et Novembre herbivores envahissent le parc et la facilité avec laquelle tous les animaux que vous voyez est stupéfiante. nous et zèbres dans les milliers, tandis que bfalos, gazelles, girafes et éléphants paître par le parc pour regarder les chats majestueux embuscades. Seuls les guépards vue de marche vous laisse avec la bouche ouverte. La traversée de la rivière Mara nous, d'énormes crocodiles et hipoptamos infestées, exige de la patience, que viennent parfois prendre plusieurs heures, voire des jours, mais certainement la peine. Dans notre cas, nous avons passé toute une après-midi suivant les mouvements de la US, position qui a changé constamment. Un de nous mettre la chair de poule se souvenant du moment où l'un d'eux a décidé et le sel, inévitablement suivie par le reste, tandis que les crocodiles ouvrent leurs grandes gueules en quête de proies. Seulement pour les minutes ne voyaient pas la naissance d'une petite gazelle, Cundo nous avons vu tena se tiennent à peine! Voyant le revolcndose de hipoptamos dans la rivière était plus amusant. Également assisté collation, composée de malheureux ou sb, certains jeunes lions sous l'œil vigilant de sa mère. Bien que certainement quelque chose que nous ne serons pas oublier les confitures sont les soins d'une femelle guépard avec ses 6 microns! Selon nous a expliqué, il est très difficile d'obtenir un guépard Keep Alive tous ses retoos, car ils sont en proie à des hyènes et autres carnivores, si cette affaire était exceptionnelle. A l'intérieur du parc est l'Hôtel Serena, un hôtel 5 étoiles avec une situation et des vues exceptionnelles, en plus de tout le confort et les services qui sont à la recherche d'un voyageur qui ne se soucie pas le budget. Nous pouvons vous trouver des alternatives bon marché ms autour des différentes entrées, de modestes hôtels de terrains de camping. L'entrée du parc est valable pendant 24 heures et permet l'entrée et la sortie. Masai Mara est certainement l'une de nos destinations préférées, qui volveramos sans penser deux fois. Vraiment impressionnant et indispensable si vous voyagez au Kenya. Cela peut sembler typique, mais il est comme être dans un film. Nous avons passé trois jours et hubiramos toute prolongé notre séjour pour beaucoup plus longtemps. Laissez le niveau si élevé que le risque que, si vous visitez d'autres parcs ensuite se sentir un peu déçus pistes. Si vous voyagez indépendamment, il est conseillé d'engager un guide Masai. Est incroyable de leur connaissance du terrain et leur capacité à localiser les différentes espèces. Il est importantsimo aller tôt le matin pour voir les animaux dans leur activité maximale.

Reserva natural del masai mara

El más famoso de los parques nacionales de Kenia, es la prolongación natural del Serengeti en Tanzania y el lugar ideal para ver a los 5 grandes; leopardo, león, elefante, búfalo y rinoceronte. Además, se puede disfrutar de uno de los fenómenos más espectaculares de la vida salvaje: la Gran Migración. Entre septiembre y noviembre los herbívoros invaden el parque y la facilidad con la que se ve a todos los animales es asombrosa. Ñus y cebras se cuentan por miles, mientras que los búfalos, gacelas, jirafas y elefantes pastan por el parque atentos a las emboscadas de los majestuosos felinos. Sólo el hecho de ver caminar a los guepardos te dejará con la boca abierta.

El cruce de los ñus por el río Mara, infestado de enormes cocodrilos e hipopótamos, requiere mucha paciencia, ya que a veces llegan a tardar varias horas o incluso días, pero indudablemente, merece la pena. En nuestro caso, pasamos toda una tarde siguiendo los movimientos de los ñus, que constantemente cambiaban de posición. Aún se nos pone la carne de gallina al recordar el momento en que uno de ellos se decidió y saltó, seguido de manera inevitable por el resto, mientras los cocodrilos abrían sus grandes bocas en busca de alguna presa.

Sólo por minutos no llegamos a ver el nacimiento de una pequeña gacela, ¡cuándo lo vimos apenas se tenía en pie! Ver a los hipopótamos revolcándose en el río fue de lo más divertido. También presenciamos la “merienda”, compuesta por algún desafortunado ñu, de unos jóvenes leones bajo la atenta mirada de su madre. Aunque sin duda, algo que no olvidaremos jamás son los cuidados de una hembra guepardo a sus ¡6 crías! Según nos explicaron, es muy difícil que un guepardo consiga mantener vivos a todos sus retoños, ya que son presa de hienas y otros carnívoros, por lo que este caso era algo excepcional.

En el interior del parque se encuentra el Serena Hotel, un hotel de 5 estrellas que cuenta con una situación y unas vistas privilegiadas, además de todo el confort y servicios que busca un viajero que no se preocupa por el presupuesto. Podemos encontrar alternativas más baratas las en los alrededores de las diferentes puertas de acceso, desde sencillos hoteles a zonas de acampada. La entrada al parque es válida durante 24 horas y permite la entrada y salida del mismo.

Masai Mara es sin duda uno de nuestros destinos preferidos, al que volveríamos sin pensarlo dos veces. Realmente impresionante e imprescindible si viajas a Kenia. Puede sonar a tópico, pero es como estar en un documental. Pasamos tres días enteros y hubiéramos alargado nuestra estancia por muchos más tiempo. Deja tan alto el nivel que se corre el riesgo de que, si visitas otros parques posteriormente, te sientas un poquito decepcionado.

Si se viaja de forma independiente es recomendable contratar un guía Masai. Es increíble el conocimiento que tienen del terreno y su capacidad para localizar a las diferentes especies. Es importantísimo entrar a primera hora de la mañana para ver a los animales en su máxima actividad.
Miriam y Fernán
Traduire
Voir l'original
21
Voir les photos de Maria Cruz Díaz Antunes-Barradas
21 photos

Un sanctuaire de la faune

La Réserve nationale du Masai Mara au Kenya est un sanctuaire de la faune, un endroit où vous pouvez trouver une telle densité et la diversité des animaux pour nous, Européens, est quelque chose d'incroyable. Masai Mara est fixée au Serengeti en Tanzanie, et ensemble ils forment un ensemble d'aires protégées qui sont le théâtre d'une des plus grandes migrations dans le monde animal. En Juin, environ 3 millions de gnous accompagnés par des centaines de milliers de zèbres et de gazelles migrent vers le nord (du Serengeti au Masai Mara) pour profiter des pâturages fertiles après la saison des pluies, mais à sa manière sont obstacle à la rivière Mara, une rivière qui coule, de forts courants après les pluies, les marges abruptes et plein de crocodiles affamés. Nous étions dans le Masai Mara en Avril, au début de la saison des pluies, nous sommes allés qu'une petite partie de ce vaste territoire, mais l'expérience a été merveilleuse. Le paysage est typique de la savane africaine, avec de douces collines occupées par de vastes étendues d'herbe, où apparaissent des taches et des bosquets d'acacias de grands arbres. Le paysage est magnifique et la vue sans fin. De notre hôtel nous avons fait plusieurs safaris pour l'environnement, dans les vallées était facile de voir de grands groupes d'herbivores comme Thompson gazelle, impala, topi, zèbres et les gnous qu'il y avait dans le Serengeti, alors que certains hyènes se promenaient. Il était également facile de voir certains grands oiseaux comme les autruches, outardes et des grues couronnées, parfois ou l'oiseau de secrétaire. Et désemparés ramoneando girafes furtivement entre les acacias. Le premier après-midi, nous avons arrêté la voiture au milieu d'un troupeau d'éléphants broutant paisiblement tandis que certains petits allaités femmes et deux jeunes hommes des forces mesurées avec les tubes et pendant deux jours, nous voyons une famille de lions dévorant un buffle. Tous les membres du groupe étaient couchés sur l'herbe à côté d'un ruisseau, tandis que les vautours ont attendu patiemment dans les branches mortes d'un arbre à proximité. Le dernier jour, nous avons passé deux événements étonnants, quand nous sommes partis, il était encore safari de nuit et j'ai jeté un œil à la première lueur du matin quand nous avons vu un guépard camouflée herbe jaune, notre guide a arrêté la voiture et a fermé la route un peu et un moment où le guépard a sauté sur le capot de notre voiture où il a passé deux ou trois minutes repérer le paysage. Au début, j'avais peur, mais ensuite nous nous sommes levés et le guépard j'étais là, on pourrait presque le caresser. Je voulais prendre des photos, mais c'était impossible, j'étais trop proche et j'avais mis la télé, et je me souviens juste l'émotion que moi et la beauté de l'animal vaincu. Lorsque l'on saute marre avec la même élégance que s'était levé et voitures esquivant disparu dans l'herbe. Dans la soirée du même jour, nous avons laissé un orage spectaculaire, nous avons eu le capot de la voiture et de tangage et de retour à l'hôtel, quand, soudain, notre guide a crié Ngochi lions. A notre grande surprise, nous avions été voir la famille avait fini leur festin et se dirige quelque part. Ils étaient dirigés par deux énormes leaders masculins de la famille, et sur la route vers nous en marchant lentement. Quand ils passèrent la voiture, légèrement entrouvertes et montèrent dans la savane. Je ne pouvais pas croire! Mais le spectacle n'était pas fini, le dos est venu le reste de la famille, telle que 14 ou 15 lionnes et un jeune homme passait nous tous, a eu la lenteur, l'estomac lourd après le banquet. Certaines lionnes ont passé seulement quelques mètres de la voiture. Un couple formé par un jeune homme qui n'avait pas encore pleinement développé crinière et une femme arrêtés pour se reposer sur un monticule de la façon de notre côté, tandis que les autres étaient toujours en cours. S'écria ma petite fille: "Maman, c'est Simba!" Et certainement été un beau spécimen. Lorsque vous avez terminé de retourner à l'hôtel, il faisait presque nuit. Dans l'ombre, nous avons vu que Buffalo était petit. Nous étions trempés et fatigués, mais l'expérience a été inoubliable.

Un santuario de la vida salvaje

La Reserva Nacional de Masai Mara en Kenia es un santuario de la vida salvaje, un lugar donde puedes encontrar tal densidad y diversidad de animales que para nosotros europeos resulta algo increíble.
Masai Mara está unido a la Reserva de Serengueti en Tanzania, y juntos forman un conjunto de zonas protegidas que son escenario de una de las mayores migraciones del mundo animal. En el mes de junio, unos 3 millones de ñus acompañados por cientos de miles de cebras y gacelas migran hacia el norte (desde el Serengeti a Masai Mara) para aprovechar los pastos fértiles de tras la estación de lluvias, pero en su camino se encuentran con la barrera del rio Mara, un rio caudaloso, con fuertes corrientes tras las lluvias, de márgenes escarpadas y repleto de cocodrilos hambrientos.
Nosotros estuvimos en Masai Mara en el mes de abril, al principio de la estación de lluvias y sólo recorrimos una pequeña parte de este inmenso territorio, pero la experiencia fue maravillosa.
El paisaje es el típico de la sabana africana, con suaves colinas ocupadas por amplias extensiones de hierba, donde aparecen manchas de acacias y bosquecillos de árboles de mayor porte. El paisaje es grandioso y las vistas infinitas.
Desde nuestro hotel hicimos varios safaris por el entorno, en los valles era fácil ver grandes grupos de herbívoros, como gacelas thompson, impalas, topis, cebras y algunos ñus que no estaban en el Serengueti, mientras algunas hienas paseaban tranquilamente. También era fácil observar algunas aves de gran porte, como avestruces, grullas coronadas y a veces avutardas, o el pájaro secretario. Y a jirafas que asomaban despistadas ramoneando entre las acacias.
La primera tarde, paramos el coche en medio de una manada de elefantes que pastaban tranquilamente, mientras algunas hembras amamantaban a las crías y dos machos jóvenes medían sus fuerzas con las trompas y durante dos días vemos a una familia de leones que devoraban un búfalo. Todos los miembros del grupo estaban tirados en el pasto junto a un arroyo, mientras los buitres esperaban pacientemente en las ramas secas de un árbol cercano.
El último día nos pasaron dos acontecimientos increíbles, cuando salimos de safari todavía era de noche y ya asomaban las primeras luces de la mañana cuando vimos un guepardo camuflado entre la hierba amarilla, nuestro guía paró el coche y le cerró un poquito el camino y en un momento el guepardo saltó sobre el capó de nuestro coche donde permaneció dos o tres minutos divisando el paisaje. Al principio tuve miedo, pero luego nos pusimos de pie y el guepardo estaba allí, casi podíamos acariciarlo. Quería sacarle fotos, pero era imposible, estaba demasiado cerca y tenía puesto el tele, y sólo recuerdo la emoción que me dominaba y la belleza del animal. Cuando se hartó saltó, con la misma elegancia con la que había subido y sorteando los coches se perdió entre la hierba.
Al atardecer del mismo día nos cayó una tormenta espectacular, teníamos la cubierta del coche echada y ya volvíamos al hotel cuando de repente Ngochi nuestro guía gritó leones. Para nuestra sorpresa, la familia que habíamos estado viendo había terminado su festín y se dirigía hacia algún lugar. Iban dirigidos por dos enormes machos, los líderes de la familia, y venían por el camino hacia nosotros caminando pausadamente. Cuando se cruzaron con el coche, se separaron un poco y se metieron hacia la sabana. ¡Yo no daba crédito!
Pero el espectáculo no había terminado, detrás venía el resto de la familia, como 14 o 15 leonas y algún macho joven y todos pasaron a nuestro lado, tenían el paso lento y los estómagos pesados tras el banquete. Algunas leonas pasaban sólo a un par de metros del coche. Una pareja formada por una macho joven, que aún no tenía la melena totalmente desarrollada y una hembra se pararon a reposar en un montículo del camino a nuestro lado, mientras los demás seguían pasando. Mi hija pequeña gritaba: “Mama, ese es Simba!!” y desde luego era un ejemplar bellísimo.
Cuando terminaron de pasar volvimos al hotel, ya era casi de noche. Entre las sombras vimos que del búfalo quedaba poca cosa. Estábamos empapados y cansados, pero la experiencia había sido inolvidable.
Maria Cruz Díaz Antunes-Barradas
Traduire
Voir l'original
Publier
Lire 10 autres

Information Parc national Masai Mara

Numéro de téléphone de Parc national Masai Mara
915229831
915229831
Adresse de Parc national Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Voir plus