MONNUAGE
Continuer sur l'appli
Ouvrir
Où allez-vous ?
Aimez-vous Parakou ?
Partagez-le avec le monde entier
Entrer avec Google Plus

Que faire à Parakou

16 contributeurs

7 choses à voir à Parakou

D'intérêt culturel à Parakou
Gari de Glazoué
(2)
La région de Savalou est réputée pour la fabrication du gari, farine de manioc. Des étals jalonnent tant la route de Natitingou que celle de Parakou ; on peut y acheter le meilleur gari et aussi le meilleur tapioca du pays, et ça se sait ! Le manioc a été importé d'Amérique du sud par les Portugais au 17ème siècle. Il est à la base de l'alimentation de nombreux pays africains, mais on le consomme différemment d'une contrée à l'autre. Au Bénin et au Togo, c'est sa transformation en gari qui est appréciée : le gari est une semoule finement granulée, obtenue à partir de la pulpe de manioc fermentée, écrasée, tamisée puis desséchée au feu. Vous pouvez trouver sur le net les recettes de "Gari Pinon", "Gari Foto" et aussi "Gari Dossi".
Villes à Parakou
Parakou
(2)
Parakou est une ville importante du nord Bénin, bien desservie par la route. C'est une bonne étape car on trouve plusieurs hôtels de "standing" (!)différents. De gros caïlcedrats bordent certaines avenues, mais je n'ai pas vu d'endroit urbain où flâner : c'est l'Afrique avec ses allées au sol inégal et poussiéreux. Une communauté musulmane comme souvent dans le nord-Bénin. L'activité économique a même drainé des travailleurs émigrés venus du Niger.Une communauté musulmane comme souvent dans le nord-Bénin.
Lieux insolites à Parakou
Nigériens de langue Zarma
(1)
Parakou, la ville économiquement la plus importante du nord Bénin, accueille des travailleurs émigrés venus du Niger. Ces derniers parlent "zarma". J'ai assez facilement établi le contact avec quelques-uns d'entre eux, presque plus facilement qu'avec les Béninois, pourtant francophones. Peut-être était-ce parce que nous étions, eux comme moi, des étrangers ? Je vous livre quelques portraits de coquettes sous leur voile noir ; les scarifications du visage sont parfois bien marquées. Irai-je un jour au Niger ? Peu probable...
Places à Parakou
Place Hubert Maga
(1)
Les places béninoises, avec statue centrale, sont souvent à la périphérie des villes, à leur entrée sur l'axe routier principal. Elle ne sont pas encore encadrées par une architecture urbaine, qui, à dire vrai, n'existe pas telle que nous la connaissons en Europe. La statue d'Hubert Maga trône en technicolor au centre du rond-point. Natif de Parakou, il fut d' août 1960, date de l'indépendance de la République du Dahomey, à octobre 1963, le premier président de la République. L'inscription, au bas du piédestal mentionne " Père de l'Indépendance". Curieusement, le président qui suivit l'école coranique de Parakou, puis se convertit au catholicisme, a le teint pâle sur la statue, mais il porte les scarifications qui montrent son appartenance béninoise : 3 traits verticaux sur chaque joue.
Villages à Parakou
Anacardiers, Noix de cajou
(1)
Les plantations d'anacardiers, autrement appelés pommiers-cajou, profitent bien dans le Bénin central. Il s'agit d'un arbre à feuilles persistantes que j'ai vu en fleurs au mois de décembre, saison sèche. Pouvant atteindre plus de dix mètres de haut, l'arbre éclot à ses extrémités ensoleillées. Minuscules fleurs mais nombreuses ; mâles, hermaphrodites et polygames disent les botanistes, je n'ai pas su les distinguer. Blanches certaines, d'autres jaune pâle striées de rose, elles présageaient une belle récolte de ce fruit fort prisé : la noix de cajou. De fait, la filière anacarde concerne surtout les exportations .
Lieux insolites à Parakou
Carrière de granit
(1)
Quel spectacle poignant que celui de cette carrière à la périphérie de la ville de Parakou ! Le granit affleure sur plusieurs hectares. Des hommes et des femmes armés de simples masses et de marteaux passent leurs journées de labeur à casser des cailloux. Aucune machine. Comme s'il ne faisait pas déjà assez chaud, des feux sont allumés pour permettre une meilleure friabilité de la roche qu'on détache en blocs moyens à coups de masse. Ensuite on installe un auvent de tôle pour que des femmes travaillent dans son ombre (je doute de la fraîcheur derrière les tôles) et produisent inlassablement des graviers : concassage manuel. Leurs jeunes enfants sont là toute la journée à leurs côtés dans la carrière !
Villages à Parakou
Gokana
(1)
Une halte à Gokana permet de découvrir un Bénin rural qui voit simplement passer la grand'route. Une mosquée, comme lieu de culte, voisine avec un fétiche qui trône majestueusement au coeur du village. Une fontaine est le seul point d'eau. On construit les murs des maisons en pétrissant la terre avec les pieds. La cour sert à la cuisine en plein air. On déchargeait alors une cargaison d'ignames. Un pigeonnier a particulièrement attiré mes regards...