MONNUAGE
Continuer sur l'appli
Ouvrir
Où allez-vous ?
Aimez-vous Varna ?
Partagez-le avec le monde entier
Entrer avec Google Plus

Que faire à Varna

102 contributeurs
Destinations populaires

49 choses à voir à Varna

Villes à Varna
Varna
(6)
Ville balnéaire par excellence, Varna s’impose comme une destination touristique où l’on prend plaisir à investir les plages, à se promener dans les vastes parcs et sortir dans certains des quelques centaines de bars et d’établissements prévus à l’effet de la fête. Cela dit, Varna intéresse aussi pour sa culture avec son musée d’archéologie, celui de l’Histoire de la Marine et ses églises d’or aux formes orientales. Les paysages qu’on y trouve valent aussi le coup qu’on s’y arrête, Varna mélange avec adresse tut ce qui peut intéresser les touristes de culture, de plages et de fêtes.
Plages à Varna
Plage de Varna en Bulgarie
(2)
La plage de Varna s’étend sur des kilomètres depuis son port jusqu’au paysages du Nord. L’été, la plage se remplit de touristes qui investissent tant les bancs de sable que les nombreux établissements balnéaires. L’hiver, tout le monde tira sa révérence pour laisser le lieu à quelques promeneurs, aux mouettes nombreuses et aux locaux qui affrontent les températures peu clémentes pour se tremper les pieds et parfois le corps dans la mer noire.
Plages à Balchik
(1)
Cathédrales à Varna
Cathédrale de l'Assomption
(4)
La cathédrale de l'Assomption est la cathédrale emblématique de la ville bulgare de Varna. Il faut noter que Varna est située à l'est du pays et que c'est la troisième ville du pays par sa population. La cathédrale de l'Assomption est la plus grande de la ville. C'est très facile de le trouver car il se trouve en plein centre de la ville sur la place de Kiril et Metodii. Elle est frappante par la beauté de son décor somptueux, ses fresques, ses icônes, ses vitraux. Dimanche ici on peut écouter le choeur d'hommes le plus fameux en Bulgarie.
Zoos à Varna
(3)
Statues à Varna
Statue du Bloc
Cette sculpture monumentale qui se situe à côté de la bibliothèque de Varna est pour le moins interpellatrice. En effet, loin de représenter la grâce ou la puissance, elle semble offrir le spectacle d’un homme qui cherche à se dépêtrer comme il peut d’un bloc imposant qui l’enveloppe. Cette représentation fait écho à l’histoire bulgare et sa difficulté à sortir des forces qui se sont voué à étouffer le peuple bulgare, qu’il se soit agit de la Turquie, la Grèce et – de manière plus évidente ici – du bloc communiste dont les bulgares sont heureux de s’être extirpés. On ne peut que penser face à cette illustration que le peuple en question n’en est pas ressorti indemne.
Jardins à Varna
Parc Stozi Bivarov
Ce parc est agréable du fait de son ouverture aux rayons du soleil. Il accueille des enfants qui courent entre les jeux qui leurs sont dédiés, les étendues d’herbe dans lesquelles ils s’amusent et les buttes basses qui les dissimulent à peine lors de leurs parties de cache-cache. Comme ce jardin jouxte une imposante église méthodiste, on comprend la présence d’une grande croix qui sert tout autant le jeu des têtes blondes. On apprécie de s’approcher près de l’eau d’une fontaine dont on observe la mosaïque et regarder les sculptures qui participent à l’ornement de ce lieu.
Eglises à Varna
Eglise Methodiste de Varna
C’est une grande église rouge qui s’impose par la modernité de son aspect, qu’il s’agisse de ses couleurs comme de ses formes. Ses arcs tiennent de la géométrie contemporaine, ils témoignent d’une implication profonde et de la prise de risque d’un architecte qui n’a pas hésité à proposer une construction moderne pour un lieu de culte. Sur sa face principale, bien que la modernité de l’immeuble permette même de douter qu’il s’agit effectivement de la principale, un vitrail en forme de croix titanesque voit en son centre une non moins monumentale colombe de la paix qui semble foncer droit vers ceux qui la contemplent.
Statues à Varna
Sculpture de l'endormie
Au fond du parc, une femme dort. D’une main, rendue imprécise par le sommeil mais guidée par la volonté ferme de ne pas se lever, elle remonte la couverture jusqu’à son visage. Ne sont choses précises que ce qui gravite à moins d’un mètre dudit minois de la demoiselle. Plus loin, les formes sont moins précises, comme si elles étaient moins réelles. D’ailleurs au niveau de ses jambes, nous nous confrontons à une rupture nette, peut-être est-ce la frontière de l’onirisme et que la femme n’est pas prête à sortir ses pieds du royaume des songes.
Statues à Varna
Sculpture des enterrés
Le jardin de l’église méthodiste contient des sculptures décidément bien étranges qui, bien que figuratives, laissent la place à la subjectivité. Ici, un sol blanc comme le marbre laisse deviner trois corps allongés, certains sont partiellement ensevelis. Comme pour la statue de l’endormie à quelques pas de cette œuvre, il existe une ligne de séparation au sol, investie par une petite pelouse. Ici et là, nous distinguons les plis d’une sorte de voile qui les recouvre. C’est un hommage à des morts sans plaque pour savoir qui l’auteur commémore.
Statues à Varna
Statue de Diane, déesse de la chasse
Ce n’est pas parce que nous sommes dans les balkans que l’imaginaire du panthéon romain ne s’est pas développé jusqu’ici. Cette sculpture en est la preuve bien que sa matière et sa manière sont bien différentes des œuvres que l’on a pu voir au sujet des dieux et héros des légendes de l’Iliade et l’Odyssée. Diane, déesse de la chasse, n’a sur le visage aucun trait. Sa victime, une sorte de tigre à dents de sabre, bien qu’il paraisse encore en pleine lutte, se trouve pourfendu de part en part, de gros trous dans son enveloppe corporelle indiquent qu’il ne peut survivre à cette rencontre.
Statues à Varna
Statue de la femme au blason
Il y a un point de rupture, un paradoxe entre l’intention de cette sculpture et l’écriteau qui l’accompagne sans qu’il soit nécessaire d’être un expert dans l’alphabet de Cyrille et Méthode pour le concevoir. En effet, cette sculpture représente une femme portant un blason sur lequel nous pouvons lire le mot « Varna », elle symbolise les valeurs de la ville et semble prête à la protéger de ceux qui voudraient altérer son intégrité. Pourtant, et c’est là que le bât blesse, sur le flanc de cette sculpture, nous pouvons devinez au célèbre logo qu’elle fut érigée à l’aide de donateurs, dont la société Coca-Cola. De là à dire que, de fait, la ville perd de son identité, il n’y a qu’un pas.
Cinémas à Varna
Complexe cinématographique de Varna
A quelques mètres du front de mer siège cet imposant complexe cinématographique. L’architecture des lieux met en exergue les moyens investis pour obtenir un bâtiment remarquable de modernité, aux formes qui rappellent les pierres taillées dans le but d’affirmer leurs valeurs. On y diffuse majoritairement les films du box-office et propose des services de restauration, de bars, de jeux dans un espace aux affiches gigantesques accrochées sur des façades toutes imprégnées de l’odeur des popcorns.
Jardins à Varna
Jardin du front de mer
C’est un vaste jardin où l’on peut se retrouver par milliers sans souffrir de la surpopulation. L’un de ses flancs propose une vue permanent sur la mer investie de navires titanesques tandis que l’intérieur se compose de verdures et d’allées investies par les poussettes, des grimpeurs en bas âges et de familles en devenir. C’est véritablement le poumon de la ville, loin de la circulation et des agitations en général. En été, des spectacles s’y déroulent dans des amphithéâtres. L’endroit est orné d’illustres figures qui ont marqué l’Histoire de Varna, de la Bulgarie et même de l’URSS.
D'intérêt touristique à Varna
Cadran solaire floral
Ce cadran solaire magistral se compose d’une grande aiguille de bronze aux courbes élégantes et au style peu communément employé pour de telles constructions, d’ornements floraux jaunes et blancs, et de dalles de marbre qui symbolisent les heures. Au moment de prendre ma photographie, un chien gris dormait à l’exacte extrémité de la fin des heures visibles sur le cadran, devenant ainsi une véritable illustration de ce qu’il reste à faire lorsque la lumière n’est plus présente pour nous repérer temporellement.
Statues à Varna
Statue de la petite fille au pot cassé
Elle a fait une bêtise, elle le sait. Si la main sur la bouche l’illustre suffisamment, elle masque de l’autre les conséquences de sa maladresse : un pot cassé au point qu’il n’est plus utilisable. Si elle est figurative, elle se contente d’illustrer les traits principaux que le sculpteur a cherché à mettre avant. Les détails travaillés servent à retranscrire les conséquences de la bêtise sans élaborer les éléments superflus. Le résultat en est une œuvre d’une redoutable efficacité. C’est une très bonne idée d’avoir installé cette sculpture juste au-dessus d’un abreuvoir, elle n’en est que mieux à propos.
Lieux insolites à Varna
Bassin thermal
Pourquoi aller à la piscine payante quand on peut disposer d’un bassin thermal dont l’eau est naturellement chaude? On s’y retrouve nombreux à narguer les températures hivernales, en maillot de bain en plein air, à côtoyer les bancs de mouettes. Il n’y a pas que le bassin qui offre une eau chaude et gratuite, des douches ont été aménagées pour qu’il soit possible d’y faire sa toilette sous une eau sulfureuse qui vous donnera peut-être les fumets de l’œuf mais d’un œuf propre, qu’on se le dise !
Monuments historiques à Varna
Colonnes Anton Novak
Elles marquent l’entrée du parc du front de mer – Morskata Gradin –, ces colonnes immenses qui rappellent l’influence romaine. Bien qu’elles se parent d’artifices semblables à des colonnes d’époque, celle-ci demeurent résolument modernes avec ces ajouts géométrique d’un blanc d’albâtre qui ne ressemble en rien à ce qui se faisait à l’époque colonnes doriques. Ces colonnes sont tout naturellement dédiées au jardinier tchèque Anton Novak, qui fit un travail titanesque pour aménager le jardin et lui donner l’aspect qu’on connaît aujourd’hui.