Profitez de vos voyages
Avec l'appli monnuage
Télécharger
Où allez-vous ?
Aimez-vous Arica ?
Partagez-le avec le monde entier
Entrer avec Google Plus

Que faire à Arica

157 contributeurs
  • De plein air
    12 lieux
  • Monuments
    16 lieux
  • Promenades
    10 lieux

63 choses à voir à Arica

Monuments historiques à Arica
Morro de Arica
(11)
Je vous recommande de visiter le sommet du fameux Morro de Arica. Vous pouvez y profiter d’une vue impressionnante sur le paysage des alentours et sur le coucher du soleil spectaculaire. Vous pouvez également visiter le musée où l’on conserve des œuvres et des souvenirs laissés par la guerre pacifique. Chaque coin de cet endroit est d'une beauté incroyable.
Ports à Arica
Port de Arica
(4)
Petit port sympa dans la ville la plus septentrionale du Chili, au bord du Pacifique, où pélicans et lions de mer viennent s'arracher le butin des pêcheurs. C'est pourtant dans ce port aux allures paisibles qu'eu lieu une bataille féroce entre Chiliens et Boliviens lors de la Guerre du Pacifique. Arica est aussi une ville de départ d'expédition vers le Parc de Lauca et la Cordillère Royale dans les Andes.
Villages à Arica
Parinacota
(5)
Ce petit village isolé est situé au pied du volcan Parinacota dans le parc Lauca. Il a des airs de village abandonné (surtout en plein hiver). Tout en blanc (ces murs sont blanchis à la chaux), il contraste avec le bleu du ciel et le marron de l'herbe sèche. On peut visiter la petite église pittoresque (si vous trouvez quelqu'un pour vous ouvrir les portes) et même monter dans le petit clocher pour admirer le toit des maisons du village.
Villes à Arica
Arica
(7)
A Arica la photographie est mal vue, et quand j'étais au centre j'ai vu beaucoup de jeunes gens vêtus de noir, qui s'est avéré être une exposition itinérante de photographies prises à Codpa, un village à proximité de d'Arica, qui elle, a trouvé un moyen ingénieux partager cet art magnifique.
Lacs à Arica
Lac Chungara
(6)
Il y a de merveilleux paysages, des lacs, des animaux et des demandes d'alpaga, guanaco.etc., Il est essentiel d'aller voir ça de vos propres yeux, il en vaut la peine, mais n'oubliez pas, il est à 4500 mètres d'altitude où vous pouvez avoir des maux de tête, des vomissements et des étourdissements.
Vallées à Arica
Vallée de Azapa
(1)
La Vallée de Azapa est une des visites incontournables de Arica. Vous pouvez commencer votre visite par le Musée San Miguel de Azapa où se trouvent les plus anciennes momies jamais retrouvées (plus vieilles que celles de l'Egypte!), Les momies Chinchorro. Le village chinchorro doit son surnom à la plage du même nom situé à Arica, son principal établissement. Cependant, cette culture, basée sur la pêche et la cueillette, s'étend depuis le nord du Chili jusqu'au sud du Pérou. Les momies datant de 5000 ans avant JC et sa particularité repose sur la momification de nourrissons et même de foetus. Contrairement à l'Egypte, tous les défunts du village étaient momifiés sans nécessairement appartenir aux classes sociales les plus élevées. En chemin, nous visitons une plantation de coton. Puis nous poursuivons notre excursion avec les géoglyphes de la Vallée de Azapa. Ce sont de curieuses inscriptions et dessins gigantesques, réalisés à même la pierre. Ils représentent des animaux, des figures humaines et d'autres figures géométriques. C'est un bon endroit pour s'arrêter et admirer le coucher du soleil.
Iles à Arica
Ile d'Alacran
(2)
Le nom de l'île du Scorpion est obsolète, en 1964 elle s'est liée au port artificiel d'environ 460 mètres. Cette île a été utilisée, à l'origine, pour la récolte de mollusques et l'extraction du guano (il y a quelques années elle était également appelée «l'île du guano»), puis a été utilisé comme lieu d'emprisonnement pendant la guerre. Elle sert actuellement comme club pour yacht. Vous pouvez vous y rendre en voiture, mais c'est à en avant d'Arica.
Gares routières à Arica
Auto Stop
(1)
Entre Tacna au pérou et arica au Chili, la frontière est au milieu du désert, à 30 km de là, et il y a encore 30 km de désert de l’autre côté pour rejoindre Arica, et à part Arica, il n’y a que du désert sur les 500 prochains km, on comprend donc que ça se bouscule pas pour traverser… Premier homme qui me prend, pour me déposer 4 km plus loin ! J’en ai 60 à faire, c’est mal barré. Je ne me démonte pas, et m’installe à côté d’un flic qui vérifie la circulation, en me disant qu’à sa vue les gens vont ralentir, puis me voir, puis s’arrêter. Cinq minutes plus tard, un taxi s’arrête, et me demande où je vais. Il a cinq personnes à bord, je lui dis que je vais à la frontière mais que j’ai plus d’argent. Le chauffeur a déjà mis mon sac dans le coffre, « c’est pas grave, j’t’emmène quand même ! ». Bon ben d’accord alors… On passe la douane, pour la première fois de mon voyage tous les sacs sont fouillés, je dois vider le mien, en me contenant de rire devant la tête de la douanière face à mon sac de linge sale … Me voilà donc à Arica, à disposer de deux jours et demi pour rejoindre Santiago. Je pars à la sortie de la ville une nouvelle fois, tend le pouce, attends, désespère, dans ce pays si fameux pour l’auto-stop, c’est tout de même un comble ! Un militaire me prend après plus d’une heure d’attente, pour me poser à 10 km de là, en plein désert ! Je remercie poliment, je descends, je fais le bilan de mes réserves en eau et en nourriture, il va pas falloir que je traîne trop ici ! J’attends, très peu de véhicules passent, et très vite, ils ne s’arrêtent pas. Puis un petit van avec deux mamies s’arrête pour m’expliquer par A+B qu’ici c’est pas le bon endroit, que personne s’arrêtera jamais, et que je ferais mieux de retourner sur mes pas pour attendre à la station service ! Et elles demandent à deux hommes qui s’étaient arrêtés dans l’autre sens de me ramener ! De retour à la case départ, un jeune s’arrête pour me proposer de m’emmener… à la gare routière ! Je lui dis que non, que je fais du stop, et là, la nouvelle tombe : il n’y a pas de camions qui travaillent le samedi et le dimanche (« on n’est pas comme ces arriérés de péruviens, nous ! »), et les familles sont en vacances donc avec tous les gamins à l’arrière, j’ai aucune chance. J’ai aucune chance de bouger de là, j’accepte donc l’invitation pour la gare routière, où j’achète un billet pour Santiago pour le lendemain Le bus vaut son prix : hôte qui vous distribue des coussins et des couvertures, sièges XXL, sélection potable de films, et repas à bord… Les 25h de trajet passent plutôt rapidement, et j’arrive en début d’après midi à Santiago, qui est une ville sympa, aérée, avec des espaces verts très très bienvenus, vus les 35° qui nous écrasent.
Iles à Arica
Ancienne île d'Alakran
(1)
C'est un endroit extraordinaire, magnifique, paisible, idéal pour réfléchir ou se détendre et profiter de la superbe vue. On trouve ce petit coin de paradis en allant vers le club de yates, près de la plage la Lisera. La ville d'Arica se caractérise par le calme de ses rues et la tranquillité de la vie.
Rues à Arica
(4)
Eglises à Arica
Eglise de Humagata
(2)
L'Eglise de Humagata est à 7 kilomètres de la route qui relie la ville d'Arica à la Azapa Valley. Pour arriver à prendre une photo de l'église il faut traverser une rivière environ 8 fois, marcher entre son bassin et se déplacer au sein des roches et du sable du désert le plus aride du monde. Un lieu splendide.
Grottes à Arica
(2)
Eglises à Arica
(4)
D'intérêt touristique à Arica
(2)
Points de vue à Arica
(1)
D'intérêt touristique à Arica
(2)
D'intérêt touristique à Arica
(2)
Marchés aux puces à Arica
(2)