Profitez de vos voyages
Avec l'appli monnuage
Télécharger
Où allez-vous ?
Aimez-vous Gondar ?
Partagez-le avec le monde entier
Entrer avec Google Plus

Que faire à Gondar

40 contributeurs

14 choses à voir à Gondar

Monuments historiques à Gondar
Gondar
(2)
Gondar est une ville qui se trouve au nord de Etiopia. C'est une ville impériale avec ses châteaux (je ne peut pas croire qu'il soit l'Afrique) du XVIIème siècle et a été fondée par l'empereur Fasilidas en 1635. Trois souverains Fasilidas, Yohannes I et Iyassu ont marqué la splendeur de l'époque gondariana, fondée sur une ville agricole avec des commerces, d'arts et de bâtiments. C'est un plaisir de se promener dans les ruines et admirer ces châteaux.
Eglises à Gondar
Eglise Debre Berhan Selassie
(1)
Très célèbre en raison de son plafond peint d'anges, cette église est à un kilomètre du centre de Gondar, sur la colline. En son état actuel, elle date du XIXè siècle. Toute en pierres, avec des arcades extérieures au niveau de l'abside, On la découvre après avoir pénétré dans un enclos, véritable rempart. Non seulement le plafond, mais la totalité des murs sont peints.. L'église est consacrée à la Sainte Trinité, représentée au-dessus de l'autel sous la forme de trois vieillards (3 fois Dieu le père?). Une lampe torche est la bienvenue pour éclairer certains coins sombres, et c'est justement là que se trouve la scène : Mahomet emmené par le diable.
Monuments historiques à Gondar
Châteaux de Gondar
(2)
Aux pieds des montagnes Simien, Gondar a été fondé par Fasilidas au XVIIe siècle., et a été un centre politique, administratif, commercial, religieux et culturel important pendant plus de 250 ans. Sa décadence, produit d'intrigues et de luttes dynastiques, s'est aggravé quand Tewodoros II a déplacé le siège du gouvernement impérial à Debre Tabor, à 100 kms au sud-est. Plus tard, la ville a été pillée par les mahdistas soudanais durant le XIXe siècle et finalement, occupée par les troupes fascistes italiennes dans la deuxième Guerre mondiale. Quelques édifices ont été endommagés par les bombardements des Forces Aériennes britanniques durant la campagne de libération. C'est donc un formidable sites historiques de l'Ethiopie. Qui aurait pu imaginer qu'en Afrique sub-saharienne, tu pouvais trouver quelques châteaux médiévaux authentiques? Ce fut l'empereur qui a construit les premières Fasilidas, et ses successeurs ont continué à construire le reste des forteresses autour de lui, des églises et des salles de bains, pour compléter un ensemble architectural unique dans tout le pays et en Afrique. L'enceinte royale, Gebbi (signifie , en Amarina), en plein cœur de la ville, est rempli de châteaux et d'édifices annexes: les archives réelles , la maisons des musiciens, l'écurie, le sauna, les toilettes, la maison des fileuses ... tous reliés par des tunnels et couloirs, et entouré de hauts murs de pierre. Le temps d'un instant, tu oublieras que tu te trouve dans le "continent noir" et tu te transporteras n'importe où en Europe, ça pourrait bien être Scotland ... Je ne sais pas si c'est bien ou pas. Cela ne m'a pas particulièrement enthousiasmé au-delà du fait que ce soit un endroit curieux.
Monuments historiques à Gondar
Thermes de Fasilidas
Nous avons quitté la Citadelle Impériale et nous nous sommes dirigés vers le nord-ouest par la route jusqu' à Bahar Dar, nous avions parcouru seulement 2 kilomètres de distance lorsque nous sommes vu un murale rectangulaire qui à son intérieur possédé un enceinte étrange. Nous avons traversé une vieille porte en bois où dormait un aimable vieux homme qui était apparemment le "gardien" du lieu, après une brève conversation nous sommes entrés dans l'enceinte. Nous avons aperçu un petit bâtiment de "style Gondariño" qui souligne une paire de tours de deux étages, au pied de l'immeuble s'ouvre un étang ou un "pool" d'environ 3.000 mètres carrés, ce sont les célèbres thermes de l'Empereur Fasilidas. Les arbres présents dans l'enceinte, conscients de la beauté de l'endroit se confond avec le mur de pierre qui entoure l'étang pour atteindre une symbiose magique. En admirent ce contexte, il n'est pas surprenant que depuis il y a quelque temps, tous les 19 janvier se fête à cet endroit l’Épiphanie orthodoxe éthiopienne, appelé localement "Timkat". (Dans cette fête se commémore le baptême de Jésus dans la rivière Jourdain). Pour l'occasion, l'étang est rempli avec de l'eau de la rivière voisine, ce qui selon les gens c'est une tâche ardue qui peut prendre plusieurs heures. Au jour fixé, les fidèles soigneusement habillés se situent autour de la "piscine" où ils assistent à la liturgie, qui ne rate jamais une copie de l'Arche de l'Alliance enveloppé dans un chiffon. Le clou de la fête, c'est quand les fidèles sont immergés dans la piscine pour renouveler leurs promesses baptismales et purifier leur âme, la foule est telle que ne pas tous les participants arrivent à se plonger dans les eaux sacrées. Après la cérémonie, l'eau purificatrice est retournée à ses origines et dans les bains de Fasilidès maintenant déserts, l'écho des chants des fidèles sera dilué avec le passage du temps... les arbres de l'étang seront de nouveau érigés avec des témoins muets et les seuls témoins de une telle beauté et solitude.
Palais à Gondar
Kuskuam/Palais de Mentewab
Nous avons visité l’enceinte du palais de l’empereur Bacaffa. Le palais est situé dans une petite colline où nous pouvons apercevoir une vue panoramique de l’enceinte royale de Gondar. La construction date du XVIIIe siècle avec une architecture de style Gondarino, influencée par le meilleur art portugais, indien et éthiopien. Maintenant, le palais est transformé en un centre culturel et artisanal.
Marchés à Gondar
Châteaux à Gondar
Château de Fasilidas
(1)
L'ancien palais fortifié des rois de Gondar occupe un vaste espace en centre-ville. On ne peut s'empêcher d'évoquer L'Abyssin, le roman de J.C. Rufin, avec le voyage aventureux de l'ambassadeur de Louis XIV. Le bâtiment et ses tours crénelées apparaissent comme une forteresse, et on ne serait pas loin d'évoquer un château d'Ecosse, pour peu que le ciel tourne à l'orage. Dans l'enceinte, on peut visiter les palais en ruines de trois autres rois. Autour des châteaux, s'étend un parc où, en week-end, oeuvrent les photographes locaux qui proposent des portraits intantanés.
Réserves naturelles à Gondar
(2)
Villages à Gondar
Village de Woléka
(1)
A quelques kilomètres de Gondar, le village de Woléka représente un témoignage historique. Il perpétue la tradition de la poterie qui fut une des spécialités des Falasha. Les Falasha étaient les juifs éthiopiens, historiquement regroupés dans l'ethnie agao. Lors de la révolution marxiste, les opérations "Moïse" et "Salomon" rapatrièrent les Falashas d'Ethiopie en Israël. Aussi, à Woléka, ce sont surtout des potiers qui continuent de mettre en avant l'étoile de David, car les touristes s'arrêtent volontiers, autour de l'ancienne synagogue, pour quelques achats typiques. Belle décoration des cases.
Villes à Gondar
Châteaux à Gondar
D'intérêt culturel à Gondar
Bâton de marche éthiopien
Ce qui m'a frappé, au long de mon circuit dans le nord de l'Ethiopie, c'est le nombre de gens qui marchent ... sur de longues distances. Aussi la canne, le bâton, plus ou moins recourbé, est-il un accessoire courant. Il y a le grand bâton du pèlerin qui se termine par une sorte de bec, mais surtout il y a le bâton de tous ces hommes, bergers, agriculteurs que l'on croise dans la campagne. Et, phénomène vraiment typique, très souvent, ils ne s'en servent pas pour s'y appuyer mais le portent en travers des épaules, comme pour mieux s'aider à marcher droit, à se redresser la colonne vertébrale. C'est devenu une habitude à tel point qu'ainsi portent-ils des outils à long manche, ainsi le "scout" qui m'accompagnait dans le Parc National du Simien portait-il son arme.
D'intérêt culturel à Gondar
Ethiopia's faces
(1)
Les récits de voyageurs qui sont allés à la rencontre des ethnies du sud et de l'est parlent d'un harcèlement financier qui fait que les gens monnaient la moindre photo. "One bir"! Je n'ai pas connu cela dans mon circuit du nord de l'Ethiopie. Au contraire, j'ai tissé des liens assez chaleureux avec les Ethiopiens que j'ai eu l'occasion de rencontrer. Les scarifications frontales et les tatouages de croix orthodoxe ne sont pas rares chez ces populations de religion chrétienne, ce qui fait que rapporter des portraits prend une valeur patrimoniale indéniable. Merci à tous ces hommes et femmes qui ont sympathisé humblement.
D'intérêt culturel à Gondar
Clergé d'Ethiopie
(1)
Les prêtres éthiopiens sont vraiment des "figures" hautes en couleurs de l'église orthodoxe dont le patriarche réside à Addis Abeba. Ils sont plutôt aimables vis à vis des touristes ... qui apportent une contribution financière en visitant les églises. Il faut dire aussi que ces prêtres sont assez souvent dans la quête d'argent. A noter que des fidèles font le voyage depuis les Etats Unis pour venir en pèlerinage à Lalibela ! Les prêtres éthiopiens sont entourés de tout un décorum dont le plus spectaculaire est le parasol aux couleurs chatoyantes. Ils ont le chef enturbanné et sont toujours porteurs d'une croix de bénédiction parfois très ouvragée. Egalement souvent en main le bâton-crosse du pèlerin.