Profitez de vos voyages
Avec l'appli monnuage
Télécharger
Où allez-vous ?
Aimez-vous Roumanie ?
Partagez-le avec le monde entier
Entrer avec Google Plus

Que faire en Roumanie

1.544 contributeurs

594 choses à voir en Roumanie

Châteaux à Bran
Château de Bran
(33)
Le château de Bran est perché sur un rocher, dans le village de Bran, au cœur d´ une région magnifique, passage obligatoire quand on visite la Roumanie. Le château de Bran est d´ailleurs le plus célebre de Roumanie. En été, c´est un peu la cohue et il vaut mieux arriver tot pour en profiter tranquillement. Construit au XIIIème siècle par des chevaliers de l´ordre Teutonique, il est inféodé à partir de 1377 a Brasov, la capitale administrative qui se trouve à 30 km de là. D´une grande importance stratégique, il commande les cols au sud de Bran qui reliaient Brasov à Targoviste, et à la Valachie. Alors qu´il n´a semble-t-il rien à vois avec Vlad Tepes, alias Dracula, le pauvre prince dont l´ennemi juré avait fait circuler la rumeur qu´il faisait décapiter ses mort et utilisait leurs têtes pour aller pecher, on lui associe quand meme des anecdotes, qui sont la raison principale de sa popularité auprès des touristes. En 1920, le château devient la résidence secondaire de la reine Marie, qui le redécore et lui donne une touche féminine délicate. Les salles sont richement décorées, et rappellent l´époque des chevaliers. Le château est ouvert tous les jours sauf le lundi de 9h à 17 heures.
Villes à Brasov
Brasov
(13)
Brasov est la septième ville la plus grande de Roumanie, avec presque 300 000 habitantes. Elle est dans la région de Transylvanie, entourée par les montagnes des Carpates. Autour de Brasov, il y a plusieurs stations de ski. C’est un endroit qui a un superbe centre historique, et beaucoup a faire, dans et hors de la ville. Par exemple tu peux aller te balader le long des anciens remparts saxons qui protégeaient la ville contre les invasions au XVe siècle. Il y a toujours de très vieilles maisons et églises qui valent le détour. La nourriture a Brasov est très bonne et peu chère. Il y a un restaurant qui s’appelle Sergiana, et offre de la cuisine traditionnelle, a recommander. Mais pour dormir, c’est l’horreur. Les hôtels sont soit les vieux hôtels de l’époque communiste, ou des chambres d’hôtes, toujours super chères pour la qualité que l’on reçoit. Dans le centre, ne rates pas l’église noire, la place centrale avec l’ancienne mairie, et les vues panoramiques depuis le Támpa.
Palais à Bucarest
Palais du Parlement
(18)
Le champion toutes catégories de la mauvaise utilisation de l´argent du pauvre contribuable roumain. Un énorme immeuble de pierre, qui a le triste record d´être le second immeuble le plus grand au monde juste derrière le Pentagone. C´est le plus célèbre et le plus controversé des batiments de la ville. Il a été construit sous Ceaucescu, entre 1984 et 1989, et pas moins de 400 architectes et 20000 ouvriers ont travaillé sur le projet, en creusant chaque jour un peu plus le déficit de l´état roumain, qui pendant ce temps n´avait pas les moyens de faire des routes ou des écoles. Haut de 84 mètres carrés, le palais parlementaire a plus de 60000 mètres carrés de surface au sol, un millier de pièces dont 440 bureaux, des salles de conférences et de réception, dont certaines font plus de 2000 mètres carrés, tout est dans la démesure. Initialement appelé Maisons du peuple le palais était destiné a concentrer tous les pouvoirs sur un même site autour du dictateur, qui en ferait sa résidence. Aujourd´hui, le paysage alentour est plutôt moderne, mais au début, non seulement le projet était éléphantesque, mais en plus il était au milieu d´un champs désert qui augmentait son air énorme et inutile. On peut visiter le palais, qui a d´ailleurs a l´intérieur une galerie d´art moderne, mais ca ne vaut franchement pas la peine.
Châteaux à Sinaia
Château de Peles
(18)
Ce palais est incroyable, et magnifique ! Il se trouve dans la ville de Sinaia, et est plus communément appelé "la Perle des Carpates", et non sans raison. Niché dans les montagnes Bucegi, il a été construit en 1873 (les travaux ont été achevés en 1914). Il fut la résidence d'été du roi Carod I. Il est vraiment magnifique, il faut absolument le visiter si vous allez en Roumanie, il y a des peintures et des détails ravissants sur la façade, et à l'intérieur il y a plein de salles, de meubles et d'accessoires de cultures et civilisations différentes. C'est un des plus beaux monuments que j'ai visité.
Villes à Sibiu
Sibiu
(7)
Berceau de la civilisation saxonne, Sibiu, qui compte 170 000 habitants, est la ville de Roumanie qui a conservé le plus grand ensemble homogène de vieux quartiers. On a l´impression d´etre en Allemagne, les saxons ayant donné leur touche personnelle a la ville. La vieille ville, capitale Européenne de la culture en 2007, est un dédale de vieilles rues pavées, de passages, d´escaliers, de cours verdoyantes cachées derrière un lourd porche, et places et de maisons colorées. Vers 1150, les premiers arrivants allemands se fixent dans la vallée du CIbin, qui donne ensuite son nom a la ville. Habité depuis la préhistoire, ce site se trouve a la convergence de routes d´échanges déjà connues des Romains : Celle qui va depuis Alba Iolia vers le pays de Barsa et la ville de Brasov, et l´axe qui vient des Balkans vers le centre de l´Europe. Baptisé Villa Hermanni en latin, puis Hermannstadt en allemand, la ville se développe autour de l´actuelle rue du 9 mai, mais les Tatars l´anéantissent en 1241. Pour stimuler les habitants, le roi de Hongrie accorde a la ville le statut de ville libre, et elle prospère a l´abri de remparts, avant de devenir au XVème siècle la plus grande cité économique et militaire de Transylvanie. Aujourd´hui, roumains, hongrois et saxons partagent la ville, qui se visite en 1 ou 2 jours.
Eglises à Brasov
L'Eglise noire
(10)
Biserica Neagra ou l'église noire (en allemand: Schwarze Kirche) est une cathédrale à Braşov, une ville du sud-est de la Transylvanie, en Roumanie. Elle a été construite par la communauté allemande de la ville et se présente comme le monument de style gothique principale dans le pays, tout en étant le plus grand et l'un des plus importants des lieux de culte luthérienne dans la région. L'église Noire est un grand édifice de 89 mètres de longueur. Elle se distingue par la hauteur égale de la nef centrale et des nefs latérales. Deux tours étaient originellement prévues sur la cependant, une seule tour de 65 mètres fut bâtie.
Monuments historiques à Bucarest
Arc de Triomphe
(13)
L'Arc de Triomphe de Bucarest est situé rue Kiseleff Şoseaua, à la périphérie de la ville vers le nord. Il est à côté d'une entrée du parc Herastrau. L'arc de triomphe a été construit peu après l'indépendance de la Roumanie en 1878 et il mesure 27 mètres de haut et a été construit par l'architecte Antonesco. Sa base est rectangulaire, et les sculptures ont été commandés à plusieurs artistes de l'époque.
Rues à Curtea de Arges
Route Transfagarasan
(6)
La route Transfagarasan est la route qui traverse de part en part la chaine montagneuse des Fagaras, au sud des Carpates. C’est un endroit superbes, mais attention on avance peu en deux ou trois heures de route. La beauté du paysage est spectaculaire, avec le point culminant a plus de 2000m, et le lac Balea. Juste avant le lac, il y a des "toilettes" publiques, c’est a dire un trou et trois murs, sans porte, surement la meilleure vue qu’on a depuis des WC, avec toute la vallée en contrebas! Attention, on y a été au début de l’été et il restait toujours de la neige sur les cotés. Au moindre risque la route est fermée. En bas, a Curtea, on pourra te donner les infos. Les cyclistes viennent s’y entrainer pour les routes de montagne.
Eglises à Calnic
Eglise de Calnic
L’église de Calnic est située dans la forteresse du même nom. L’ensemble fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’entrée coute 5 RON et tu as accès a tout, même la tour du clocher où tu peux voir les cloches anciennes qui appelaient les habitants a la messe et en cas de guerre a se réfugier dans la forteresse. L’église est assez humble. Elle n’a pas les grandioses décorations des églises orthodoxes, c’est une église roumaine catholique. Avant il y avait une chapelle a cet emplacement, mais en 1430, les propriétaires nobles ont vendu la forteresse au peuple, et on a fait une chapelle. Elle était peinte de fresques extérieures, mais a été blanchie a la chaux. En 1733 on lui ajoute une tribune de bois pour les nobles, avec des cadres peints de fleurs.
Villages à Curtea de Arges
Curtea de Arges
(2)
Cette région est tellement éloignée de l'Europe de l'est qu'elle cache des choses aussi belles que ce monastère lequel a une légende un peu tragique. Selon la légende l'architecte qui l' a construit a eu une vision, puisque chaque fois qu'il le construisait, il s' effondrait. Et qui tiendrait empalestrar avait à sa femme entre les murs du monastère. A partir de ce jour là jusqu'à la date d'aujourd'hui, le monastère tient encore debout. Sur la photo, les marques rouges montrent là où placée la dite femme.
Villes à Sighisoara
Sighisoara
(4)
Le centre historique de Sighisoara, qui fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, domine le fleuve Tarnava, et la ville basse, ainsi que les quartiers les plus récents. Conservant jusqu’a aujourd’hui un air typique des vieilles citadelles allemandes, Sighisoara, avec ses 37000 habitants, offre l’un des plus beaux centres médiévaux de Roumanie. Un mélange de rues tortueuses, de petites places avec beaucoup de charme, où il est agréable de se poser durant quelques jours. Pour le piéton, le centre médiéval offre une multitude de parcours, entre les recoins verts, les rues pavées et sinueuses, les maisons rondes et colorées de tons pastels bleus, jaune, vert ou rose.. Sans oublier les passages, chemins et escaliers qui vont depuis la ville basse jusqu’a la ville haute, le cœur historique de Sighisoara. Dans la partie supérieure de la colline, on retrouve des preuves de vie humaine depuis l’époque de la Dace et des Romains. Les colons allemands ont fondé un premier village autour de 1191. Détruit par les tatares en 1241, le village est reconstruit et porte le nom de Schaessburg en Allemagne, et Segevar en hongrois. L’apogée arrive vers le XIVe siècle, quand Sighisoara obtient les privilèges d’une ville. Sighisoara est située près du fleuve Tarnava, dans la région de Mures. C’est la région historique de Transylvanie, où les saxons, invités par le roi de Hongrie, se sont installés pour travailler la terre et d’’efendre les frontières contre les invasions. Sighisoara a un centre médiéval encore bien protégés, avec des maisons basses construites en bois, et peintes de couleurs vives. Le centre en soit est assez petit mais très harmonieux. Il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce qu’il ne faut pas rater à Sighisoara est la tour de l’horloge, la place centrale qui est encore piétonne, monter a la colline pour visiter la belle église, et explorer les murailles de la ville. La vie dans Sighisoara est vraiment bon marché, sauf pendant le festival médiéval, qui attire beaucoup de monde. Tu peux louer un appart ou te loger dans une pension pour environ 30 euros la nuit en chambre double. Il y a de bons restaurants de cuisine traditionnelle et des terrasses agréables. Le village se visite facilement a pied, mais les villages alentours sont difficiles d’accès si tu n’as pas de voiture. La ville historique de Sighisoara fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle surplombe le fleuve Tarnava, la basse ville et les quartiers les plus récents. De 37.000 habitants, Sighisoara conserve jusqu'aujourd’hui le côté typique des vieilles villes allemandes. L'un des centres médiévaux les plus magnifiques de la Roumanie, cette ville se caractérise par le mélange de petites rues et de charmantes petites places. Pour les amateurs de la promenade, vous avez le choix de visiter les espaces verts, les rues pavées et sinueuses, les maisons circulaires de couleur bleue, jaune, verte ou rose. Vous pouvez également profiter de ses beaux paysages, ses sentiers et ses escaliers allant de la basse ville jusqu'à la haute ville, le cœur originel de Sighisoara. Au sommet de la colline, se trouvent les preuves de vie depuis l’époque de Dacie et des romains. Les colons allemands ont fondé la première ville autour de 1191. Détruite par les Tatars en 1241, la ville a été rebâtie et porte le nom de Schaessburg en allemand et Segesvár en hongrois. Son point culminant est le XIVe siècle, car la ville reçoit les privilèges.
Places à Sibiu
Piata Mica
(4)
La Piata Mica, ou la petite place, est avec la Piata Mare, la grande place, le cœur de la ville médiévale de Sibiu. Ses cotés nord et est présentent un ensemble de demeures qui surmontent des rangées d´arcades, et appartenaient aux plus prestigieux artisans de la ville. Ils vivaient au dessus, et avaient une petite boutique d´exposition sous les arcades, et un atelier complet dans la partie arriere, qui donnait sur un jardin. En souvenir de cela, se trouve aujourd´hui sous les arcades un centre artisanal qui rassemble des exemples de porcelaines, tissus et broderies de toute la région de Sibiu. A l´actuelle maison des arts, la Casa Artelor, qui date de 1370, se trouvait la halle du marché, avant de devenir celle des bouchers. C´est aujourd´hui une galerie d´art qui expose des peintres roumains. De l´autre coté de la place, les maisons ont été converties en hôtels et en restaurants. La tour du conseil, sous laquelle on passe pour rejoindre la grand place, domine l´ensemble. Le soir c´est un lieu plutôt animé du fait du grand nombre de bars et restaurants. Elle est plus conviviale pour sortir diner que la grande place.
Réserves naturelles à Brasov
Montagne Tampa
(3)
La Montagne Tampa est une réserve naturelle de 370 hectares et de presque 1000 mètres d'altitude appartenant aux montagnes Cárpatos qui s'élève au-dessus de la ville. On peut accéder à ce parc naturel par un Téléphérique ou en marchant par ses sentiers qui prend environ une heure. Outre la végétation et les forêts qui composent sa flore, on y trouve également des animaux sauvages comme les renards et les lynx, et une multitude d’oiseaux et de papillons. Il y a en haut un mirador et un restaurant panoramique. En outre, la montagne Tampa est un lieu historique puisqu'on y trouve un des sept châteaux de Transilvania, construit au XIIIe s, une enceinte murée, deux tours du XVe s et l'aqueduc de la ville.
Cimetières à Sapanta
Le Cimetière Joyeux
(1)
Le Cimetière Joyeux de Sapanta est situé dans la région de Maramures. En 1934, Stan Patras a commencé à travailler dans le cimetière de Sapanta. Son imagination et sa créativité l'ont amené à utiliser le bois pour sculpter les pierres tombales. Comme c'était une petite ville, et que le sculpteur connaissait tout le monde, il s'est mis à représenter sur la pierre tombale une scène joyeuse de la vie du défunt. C'est très insolite mais vraiment intéressant, et bizarrement, plein de gaieté.
Lacs à Bucarest
Parc Herastrau
(8)
Le Lac Herastrau, lacul Herastrau, est situé au nord de Bucarest, et entouré du plus grand parc de la ville. C’est un endroit favori des habitants pour venir courir autour du lac ou profiter entre amoureux de ces rives romantiques. C’est un pays où beaucoup de jeunes vivent tard avec leurs parents, et les rives du lac leurs offrent un peu de privauté qu’ils n’ont pas dans les appartements tout petits de l’époque communiste. Le lac a été creusé dans les années 30, au début pour prévenir les inondations en ville, et il couvre une superficie de 74ha. Il est alimenté par le fleuve Colentina. Il y a quelques restaurants agréables autour, avec vue sur la maison de la presse libre, un monument emblématique de la ville. Il y a même un bar sur un bateau, et on peut louer des barques.
Villes à Bucarest
Vieux quartier de Bucarest
(4)
Depuis le Hanul lui Manuc, on peut se perdre dans les vieilles rues de Bucarest, flâner le nez au vent, observant tour a tour ces vieilles maisons qui appartiennent toujours a la même famille, celles qui ont été retapées par des jeunes pour en faire un café branché, les magasins qui vendent toujours des boutons ou des biens de consommation dont plus personne ne veut.. Un voisinage de constructions mal entretenues par faute de moyen, et des lieux les plus branchés de la ville, bars restaurants ou magasins d´antiquité. La mairie est en train de mettre la main a la pate, en apportant sa contribution a la réfection de la voirie, qui n´a pas du voir un ouvrier urbain depuis avant la deuxième guerre mondiale. Les chaussées sont remise a niveau, les égouts redeviennent salubres, et le prix des maisons s´envole. Les rues Sepcari, Covari ou Gabroveni, qui étaient les anciennes rues médiévales commerçantes, se parcourent en flânant, de détail architectural en magasin de design. La fameuse rue Lipscani a conservée quelques belles façades art nouveau, comme au numéro 72. Au 63, se trouve le porche qui nous mène dans l´ancien caravansérail Hanul Cu Tei, dont il ne reste malheureusement pas grand-chose, mais les anciennes boutiques sont devenues des antiquaires et des galeries d´art.
Aéroports à Timisoara
Timisoara
(6)
La ville de Timisoara est surnommée "Petite Vienne" pour ses bâtiments, ses palais magnifiques et sa vie culturelle dynamique. Elle fut conquise par l'armée turque en 1552, restant sous leur protection jusqu'en 1718, quand il est passé sous la direction autrichienne durant 2 siècle. Elle est devenue une ville commerciale vitale sous influences turques, autrichienne, allemande et serbe qui ont laissé leur marque et leur influence, comme on peut le voir dans les quartiers de la ville d'aujourd'hui. Timisoara est une ville cosmopolite et a été la première ville européenne à introduire un tram hippomobile en 1869 et l'éclairage électrique dans les rues en 1889. Il y a beaucoup de places publiques, des espaces verts, et un centre historique piéton. Il y a de multiples églises (catholique et orthodoxe), des synagogues juives et des bâtiments élégants de style baroque ainsi que des Arts Nouveaux dans les zones résidentielles de la périphérie (au sud et à l'est du canal Bega). C'est une ville qui vaut le détour, vous ne garderez des souvenirs inoubliables.
Vinothèques à Bucarest
Passage Macca Vilacrosse
En descendant la rue Carada, une rue parallèle à la rue Victoriei, au niveau du musée nationale d’histoire de Roumanie, vous trouverez à droite ce passage bohémien, comme les anciens passages commerçants couverts de Paris de la belle époque. Au dessous d’un grand toit de verre couvrant de nombreuses rues et permettant à de petites boutiques et restaurants qui s’y trouvent, d’avoir une terrasse et de laisser leurs marchandises à l’extérieur. Construit en 1891, le passage a une forte influence française, il y a un restaurant de style "bistrot" qui sert des plats nationaux, depuis le gulash jusqu’aux soupes aux haricots. Actuellement, on y trouve de nombreux restaurants, à commencer par un endroit curieux de style marocain, avec de grands fauteuils confortables installés à l’extérieur, où s’installent les étudiants du quartier, en passant par un autre qui offre une nourriture roumaine dans une décoration de chalet transalpin, et un troisième plus neutre mais qui paraît bien vieux, avec une sélection de produits fins. Les boutiques d’artisanat et de livres anciens ont été remplacées par des boutiques sans âme, qui offrent des souvenirs aux touristes.