MONNUAGE
Continuer sur l'appli
Ouvrir
Où allez-vous ?
Entrer avec Google Plus

Monuments historiques à Saint Etienne

5 monuments historiques à Saint Etienne

Monuments historiques à Saint Etienne
Hôtel des Ingénieurs
(1)
Un bel édifice Art Nouveau se dresse en centre ville, à l'angle de la rue du Grand Moulin et de l'avenue de la Libération. Il fut édifié par la Société amicale des anciens élèves de l'Ecole Nationale des Mines en 1907, par les architectes Teisseire et Clermont. Les sculptures du haut-relief de la façade donnant sur l'avenue de la Libération sont de Paul-Henri Graf. Elles représentent, à gauche des scènes de la mine, à droite des scènes de la métallurgie. Sur l'angle arrondi de la façade, un médaillon est décoré des marteaux croisés, symbole des ingénieurs des mines. Le bâtiment connut, dans ses salons, tournois de bridge, réceptions diverses et bien sûr, c'était en cet hôtel qu'avait lieu le prestigieux "Bal de l'Ecole". Ce soir-là, les jeunes Stéphanoises se paraient de leurs plus beaux atours pour être invitées par un futur ingénieur ... Temps révolus.
Monuments historiques à Saint Etienne
Préfecture de la Loire
Quand Saint-Etienne ravit le titre de préfecture de la Loire à Montbrison, les autorités nationales ne voulurent point installer le préfet dans le Palais des Arts, devenu musée depuis, parce que le lieu n'était pas assez central. Pendant 46 ans, le préfet fut logé à l'Hôtel de Ville où il cohabita , plutôt où ils cohabitèrent car il y eut de nombreux préfets, avec le conseil municipal. L'Hôtel du département fut édifié de 1895 à 1902 par Huguet et Delorme. Il offre une symétrie classique et de belles toitures visibles depuis la place Jean Jaurès. Mais, à côté de la riche façade Art Nouveau de La Loire Républicaine, le bâtiment voisin de la préfecture qui date de la même époque, paraît un peu austère. Sa façade ne s'ouvre pas sur la place, mais l'entrée est sur la rue, moins lumineuse. Certes l'intérieur est luxueux et les salons permettent de fastueuses réceptions.
Monuments historiques à Saint Etienne
Hôtel de Ville
Le bâtiment le plus central qui soit , en bordure de Grand'Rue. Il a fière allure et paraît même moderne et pimpant. Pourtant, il date de 1821, édifié par les architectes Dalgabio. Majestueuse entrée en façade sud-est, idéale pour les photos de mariage ou regroupements estudiantins. En 1872, deux hautes statues, réalisées par l'artiste Étienne Montagny, furent installées de part et d'autre des escaliers, l'une représentant la Rubanerie et l'autre, virile, la Métallurgie. Le bâtiment forme un rectangle dont le rez-de-chaussée à arcades abrite une galerie de commerces très agréable. L'hôtel de ville peut "trabouler" de la place Jean Jaurès à la place de l'Hôtel de Ville. De 1856 à 1901, préfet et maire cohabitèrent tant bien que mal en ses murs. Pour donner plus fière allure à l'édifice qui abritait la préfecture, en 1864, un dôme central de 51 mètres de haut fut réalisé par l'architecte Boisson. Le dôme abritait une horloge et des cloches. Il fut démoli suite à un incendie et, actuellement, un carillon de cloches est installé sur la façade de la place Jean Jaurès.
Monuments historiques à Saint Etienne
Kiosque à musique
Au temps où l'on "musiquait" en plein air, la municipalité stéphanoise confia à son architecte Jules Mazerat la réalisation d'un kiosque à musique, place Marengo, au milieu de jardins à l'anglaise. Le projet fut mené à bien en 1870 : on pensait à l'époque que la musique avait une influence positive pour la morale des ouvriers et du peuple. Assez vite le kiosque s'avéra trop petit pour tous les instrumentistes de l'Harmonie municipale ; les éléments de fonte furent réemployés en 1914 : dix poteaux supportent un dôme majestueux ; sur chacune des dix faces ainsi constituées, un cartouche mentionne le nom d'un musicien célèbre. Le kiosque est toujours un élément majeur du décor de la place , remodelée et baptisée Place Jean Jaurès.
Monuments historiques à Saint Etienne
La Loire Républicaine
L'immeuble de "La Loire républicaine" présente une des plus belles façades de la cité stéphanoise. Il fut bâti en 1907 pour accueillir les bureaux et ateliers du journal, "La Loire Républicaine", qui avait été fondé en 1885. Ce bâtiment est l'une des principales œuvres que Léon Lamaizière réalisa avec l'assistance de son fils Marcel, tandis que frères Induni signèrent les riches sculptures de la façade principale : ce sont des pierres calcaires en provenance de Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme. On voit notamment des symboles de l'écriture, cahier ouvert, plume et crayon entrecroisés. L'édifice abrita successivement le siège du journal "L'Espoir", puis en partie celui de "La Tribune-Le Progrès" et celui de "Loire Matin", avant d'être laissé à l'abandon durant de longues années. Racheté par le Ministère de l'Intérieur en 2000, qui fit appel au cabinet de l'architecte stéphanois Christian Kock pour sa réhabilitation, il accueille désormais différents services de la Préfecture depuis le mois de mars 2008. Façades et toitures sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Activités à Saint Etienne
GetYourGuide
(133)
13,50
GetYourGuide
(51)
21
GetYourGuide
(81)
25
GetYourGuide
(27)
85
GetYourGuide
(53)
13,50
GetYourGuide
(12)
50
GetYourGuide
(23)
59
GetYourGuide
210
GetYourGuide
(36)
9
GetYourGuide
(21)
30
GetYourGuide
(7)
50
GetYourGuide
(2)
40
GetYourGuide
(6)
210
GetYourGuide
(1)
52
GetYourGuide
(15)
40
GetYourGuide
(7)
14
GetYourGuide
(8)
85
GetYourGuide
(2)
18
GetYourGuide
(8)
40
GetYourGuide
(46)
210