MONNUAGE
Continuer sur l'appli
Ouvrir
Où allez-vous ?
Entrer avec Google Plus

Que faire à Saint Etienne

284 contributeurs
  • Promenades
    30 lieux
  • Musées
    18 lieux
  • Monuments
    16 lieux
  • Faire des courses
    6 lieux
Rues à Saint Etienne
Rue des Martyrs de Vingré
(1)
Rues à Saint Etienne
Le tram de la Grand'Rue
(2)
Rues à Saint Etienne
Rue Buisson
(2)
Rues à Saint Etienne
Place Neuve
Rues à Saint Etienne
Avenue de la Libération
Rues à Saint Etienne
Les Grands Escaliers
Rues à Saint Etienne
La Grand'Rue
(1)
Rues à Saint Etienne
Façades Art Nouveau
Rues à Saint Etienne
Traboules stéphanoises
Rues à Saint Etienne
Le Clapier
(1)
Rues à Saint Etienne
Rue Michelet
(1)
Rues à Saint Etienne
Rue Elisée Reclus
(1)
Rues à Saint Etienne
Rue d'Arcole
(1)
Rues à Saint Etienne
Rue Camille Colard
(1)
Rues à Saint Etienne
Rue de la Résistance
Rues à Saint Etienne
Avenue Emile Loubet

98 choses à voir à Saint Etienne

Rues à Saint Etienne
Rue des Martyrs de Vingré
(1)
Vieux quartier préservé de Saint-Étienne, on y trouve de nombreux bars, du vieux pub anglais au bar design branché. Dès la nuit tombée une population très variée et conviviale emplie cette rue intimiste, qui rompt avec l'urbanité habituelle des centres-villes . C'est un lieu à voir de préférence en soirée et où il faut s'arrêter quelques heures pour profiter son ambiance hors du temps et du jour !
Musées à Saint Etienne
Musée de la mine de saint-etienne
(2)
Un site industriel reconverti en musée. Saint-Etienne devait offrir son Musée de la Mine, car l'extraction de la houille fut une des activités majeures de la cité. Les "gueules noires" sont représentatifs, oh combien ! de la société stéphanoise. Une de mes photos vient d'ailleurs d'un monument funéraire du cimetière du Crêt de Roc. Le puits Couriot qui ferma en 1973 possède toujours son chevalet, et c'est dans les bâtiments annexes des Houillères que se tient le musée. Nous sommes au pied des "crassiers" , ces deux montagnes de déchets houilliers si caractéristiques de Saint-Etienne. Dans la cour, se dresse le monument aux morts de la Guerre de 14 : les mineurs ont apporté leur lot de "poilus". On visite le vestiare où les mineurs suspendaient leurs habits puis la lampisterie. La lampe de mineur est devenue un signe de fierté de la corporation. Une galerie reconstituée permet une approche pédagogique du métier, de ses conditions d'exercice et des luttes ouvrières.
Stades à Saint Etienne
Stade Geoffroy-Guichard
On ne présente plus le stade Geoffroy-Guichard, l'un des plus mythiques de l'Hexagone. Il faut y aller au moins une fois pour ressentir une ambiance particulière et une ferveur populaire. Autour du stade, c'est un véritable "loto"... 43, 73, 07, 06... A chaque match, les supporters viennent des quatre coins de la France pour supporter les Verts, malgré les dernières saisons plus que moyennes de l'équipe. Mieux, on s'amuse de voir ses "gamins" avec un maillot deux fois trop grand sur le dos et chanter "Allez les verts" !
Rues à Saint Etienne
Le tram de la Grand'Rue
(2)
Les tramways, chemins de fer à voie étroite, furent à vapeur avant d'être électriques ; puis le progrès automobile chassa ces véhicules sur rail des villes modernes du XXè siècle. Les rails furent arrachés pour des chaussées au beau revêtement de bitume. Pourtant, à Saint-Etienne, le tramway ne disparut jamais totalement et une ligne a toujours fonctionné, peut-être grâce à la longue rue rectiligne qu'elle empruntait. Et puis, voilà que, ces dernières années, dans de nombreuses villes françaises, on assiste au retour de ces transports en commun sur rail. Saint-Etienne ne voulut pas être en reste : on prolongea d'abord la ligne existante de Bellevue jusqu'à Solaure, et puis on créa un nouveau tracé (qui existait dans les années 1900 !) et le tram se rend à nouveau à la gare de Chateaucreux. Entre la place du Peuple et la place Anatole France, les deux voies sont dédoublées et la voie qui "monte" au sud emprunte le Cours Victor Hugo. Le tramway rayonne davantage.
Points de vue à Saint Etienne
Saint-Etienne aux 7 collines
(6)
Rome, la Ville éternelle fut bâtie sur sept collines mythiques... Il n'est pas difficile de trouver que le site de saint-Etienne comporte, lui aussi, sept collines, même sans dénombrer les deux terrils que la végétation est en train de recouvrir. D'abord, les quatre qui se voient dotées d'un cimetière : Montaud, Le Crêt de Roc, Montmartre (et oui à Sinté itou!), et la colline de Valbenoite. On dirait que la coutume voulait qu'on rapprochât les morts du ciel. La cinquième, Colline des Pères, domine le centre-ville de son petit "Fourvière". La sixième, colline du Jardin des Plantes, accueille le théâtre de l'Esplanade, assez récemment rénové ; elle s'étire de Montplaisir (encore un mont) jusqu'à Beaulieu. La septième est la colline résidentielle de Montreynaud. Le compte serait donc dépassé si l'on rajoutait les deux terrils, imposants témoins de l'exploitation houillère. Le site de Saint-Etienne est original, à découvrir !
D'intérêt culturel à Saint Etienne
Bienale du design
C'était une sorti avec le cursus scolaire pour voir cet événement qui se déroule tout les deux ans . Cela ma touche a cœur car le design est ma passion donc très intéressant de voir ou rencontrer d'autres artiste ou designers !. Je pense que dans deux j'y retournerais pour le plaisir et découvrir encore de nouvelle chose , je recommande à toute personne de y aller au moins une fois dans sa vie !.
Circuits vélo à Saint Etienne
Le Col de la République
(1)
Avec ses 1161 mètres, il n'a pas la célébrité du Galabier, de l'Iseran et autre Aspin. Et pourtant, il compte beaucoup dans l'histoire du cyclisme comme l'indique la plaque commémorative. Outre le Tour de France, ce col est surtout le "Col" des cyclotouristes. Ils sont chaque année un millier à se rassembler, un dimanche de juin, à Saint-Etienne pour grimper les 17 kilomètres de la célèbre "montée Vélocio". Vélocio est le surnom donné à Paul de Vivie, l'apôtre du cyclotourisme, le scientifique du changement de vitesse. Un monument honore sa mémoire au sommet du col. Col de La République car la montée traverse cette mini-agglomération baptisée La République, mais aussi, pour les locaux, "Col du Grand Bois" et on est vraiment gâté au niveau forêt dans les derniers kilomètres.
Boutiques à Saint Etienne
Courbon Armand
(2)
Si vous êtes de passage à Saint-Etienne, cette boutique ne peut pas vous laisser indifférent. Je n'ai vu nulle part ailleurs une telle abondance, une telle profusion et, il faut bien le dire, un tel entassement. Saint-Ouen à Sinté ! Une véritable caverne d'Ali Baba avec un stock incroyable d'objets de décoration et de collection. Serrez les coudes en passant dans les allées du magasin pour ne pas acrrocher un bibelot fragile ! Armand Courbon a des décennies de commerce derrière lui : c'est un professionnel du "bibelot" et il a l'air pleinement heureux, à croire quon éprouve de la joie à vivre entouré d'objets chargés d'ans, mais judicieusement sélectionnés. Tout s'est donné rendez-vous en cette boutique, les jouets, les lampes de mineur, les lampes de bureau, les vieilles publicités, les faïences, les émaux , les statues, les ivoires, les tableaux.. Un véritable inventaire à la Prévert. Comme Armand arbore maintenant une superbe barbe blanche frisée, au mois de décembre, on a vraiment l'impression de pénétrer dans l'antre du Père Noël ! A voir absolument.
Rues à Saint Etienne
Rue Buisson
(2)
La rue Buisson prend naissance place Jacquard ; actuellement on y trouve l'Ecole d'Architecture et la Chapelle Saint Bernard, aussi appelée Sainte Marie des Anges, qui est le reste d'un ancien couvent. Au début du 20è siècle, le quartier Jacquard était un quartier de rubaniers. Au numéro 14, on trouve encore le bâtiment des Etablissements J. Forest qui, édifié en 1890, fut une des premières réalisations de l'architecte Léon Lamaizière. Un immeuble cossu occupe les numéros 6 et 8. Son rez de chaussée fut entrepris par Eugène Chosson mais les étages, bâtis en 1927-1928, sont l'oeuvre du célèbre tandem Armand Subit et Yves Gouyon qui allièrent la brique et la pierre avec deux beaux arrondis inspirés de l'Art Nouveau.
Centres commerciaux à Saint Etienne
Centre Deux
Comme la plupart des grandes métropoles départementales, Saint-Etienne possède son propre complexe commercial de centre-ville. Le Centre 2 est ainsi la plus grande vitrine commerciale de la ville, mais aussi de tout le département de la Loire. Construit sur un ancien centre carcéral, le complexe de Centre 2 et ses 80 boutiques sont devenus un véritable quartier shopping en plein centre-ville de Saint-Etienne. Résident ou simplement de passage, c'est de ce fait un lieu incontournable pour faire les magasins et passer de bons moments au sein d'un espace vivant et dynamique.
Musées à Saint Etienne
Musée d'art et d'industrie stéphanois
Un musée consacré aux industries stéphanoises dans un cadre très agréable. Au rez-de-chaussée, les cycles avec une collection de vélocipèdes de toutes sortes. Au dernier étage, les armes. Depuis les armes blanches : le Furan permettait la "trempe" des aciers, jusqu'aux armes à feu. Un atelier d'armurier est d'ailleurs recontitué. On atteint l'art dans la scupture des crosses et surtout dans la gravure des plaques. L'étage central est consacré aux soieries. Saint-Etienne capitale du ruban .Métiers Jacquard, échantillons ... Des expositions temporaires sont particulièrement riches : Staron, les Enrubannées....
Musées à Saint Etienne
Musée "La ferme forézienne"
Voici un petit musée du terroir créé par quelques passionnés désireux de préserver un patrimoine humble. Il se situe dans un ancien corps de ferme en pisé (Ces murs de terre si écologiques que des architectes sont en train de remettre au goût du jour). 80% de nos ancêtres étaient des ruraux : ce musée veille à conserver leur souvenir laborieux et quotidien. On découvre le pauvre mobilier du paysan forézien ainsi que tous ses outils faits de rien et pourtant si fonctionnels, nés de l’imagination et de l’habileté manuelle des anciens. Voici une série de barattes, ces instruments qui servaient à battre le beurre, puis des oules, pots en terre cuite, sans bec verseur et sans anses... Ouvert du 1er mai à fin octobre, les mercredi, samedi et dimanche de 14h à 18h. Tarif : 3,50€. Pour les groupes, sur rendez-vous, tous les jours de l'année.
Circuits vélo à Saint Etienne
Vélos Verts
(1)
Il aurait été anormal que Saint-Etienne, la capitale de la "petite reine", la cité du cycle, n'ait pas ses vélos municipaux en libre-service. Certes, en ce domaine, la ville n'est pas pionnière et n'a fait qu'imiter Lyon ou Paris. Mais point de "vél'ib" ici , ce sont les VéliVerts (Ah ! Quand la couleur mythique du club de foot rejoint celle de l'écologie...). Ils ont fière allure, aux quatre coins du centre-ville, et ont même essaimé en d'autres cités de l'agglomération Saint-Etienne métropole (Saint-Chamond, Firminy, Unieux ...) A tester ...
Villes à Saint Etienne
Lycée Claude Fauriel
Le lycée de Saint-Etienne, dont nous parle Jules Vallès dans son roman autobiographique L'Enfant, se trouvait rue Gambetta. Vieux et insalubre, à la fin du 19ème siècle, il exigea l'édification d'un nouveau lycée. Ce sont les vastes jardins de l'Hôtel-Dieu qui fournirent finalement le terrain. La construction débuta en 1889. Deux ans plus tard, l'établissement scolaire pouvait accueillir 800 garçons, avec deux cours intérieures, encore en place. En 1922, une stèle fut érigée en l'honneur des anciens élèves morts au combat durant la Première Guerre mondiale. Celle-ci, sculptée par Joanny Durand, placée sur la face nord-ouest du lycée, à l'angle du cours Hippolyte Sauzéa et de l'avenue de la Libération, représente cinq grandes batailles de l'histoire de France associée à six personnages clé des dites batailles : Patay et Charles Martel ; Bouvines et Philippe Auguste ; Poitiers et Jeanne d'Arc ; Valmy et Kellermann. Enfin, la bataille de la Marne est représentée par deux poilus anonymes. Bien entendu, le lycée est maintenant mixte et très connu pour ses Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles. Tous les jeudis, les "préparationnaires" se réunissent traditionnellement à 9h55 pour des joutes d'invectives entre sections, avec notamment "écos blaireaux" (à destination des commerciaux) ; "taupins crétins" (scientifiques), "bio krass" (biologistes), "khagneux pouilleux" (littéraires).
Places à Saint Etienne
Place Jean Moulin
Entre les collines du Crêt de Roc et du Jardin des Plantes, une placette triangulaire, en bord d'avenue de la Libération, fait face au lycée Claude Fauriel. A l'origine du percement de l'avenue, c'est sur cette place qu'avait été édifié, en 1905, un monument à la gloire de Dorian, député républicain, directeur des acieries Holtzer et ami de l'ouvrier. La statue de bronze disparut, comme beaucoup d'autres hélas, pendant la Seconde guerre mondiale. Actuellement, c'est une figure nationale de premier ordre qui est vénérée sur cette place : Jean Moulin. Le monument sobre de 1983, est l'oeuvre du sculpteur local André Longeon. La place est bordée par un supermarché, bien central, le cinéma Le Royal et l'Office de Tourisme.
Statues à Saint Etienne
Monument à José Frappa
José Frappa est une gloire locale : né à saint-Etienne en 1854, ce fils d'épiciers s'illustra dans le domaine de la peinture. On lui connaît sa toile "La marchande de roses" d'une plastique réaliste. Il fut également fasciné par la figure grecque de Phrynè. Primé à plusieurs salons parisiens, il reçut la Légion d'Honneur en 1898 pour sa participationn à l'exposition internationale de Bruxelles. Le monument, qui lui fut érigé place Jean Jaurès, est l'oeuvre du sculpteur Georges Bareau : buste du peintre et, sur le socle, sculptures des thèmes de peinture favoris. Lors de la dernière restructuration de la place Jean Jaurès, le monument s'est déplacé depuis le sud-ouest pour venir au nord-est regarder le bâtiment de la Préfecture.
Rues à Saint Etienne
Place Neuve
A deux pas de la Place du Peuple, c'est en ce quartier piéton que s'est déplacée la convivialité, que se regroupe la jeunesse branchée. L'étroite rue des Martyrs de Vingré (Les fusillés pour l'exemple de la guerre de 14, réhabilités depuis longtemps par les Stéphanois) séduit par son profil intime : boutiques, bars et petits restos se succèdent, après la vitrine de la photographe Marie-Pierre(Admirez ses clichés). Aux beaux jours, les terrasses des bars de l'étroite Place Neuve débordent au point qu'on n'entend plus le murmure de la fontaine.
Rues à Saint Etienne
Avenue de la Libération
Cette avenue, créée au début du 20ème siècle, donne une grande bouffée d'air au centre-ville, un peu comme un boulevard haussmannien. Avant sa percée, c'était par l'étroite rue de Lyon (actuelle Elise Gervais) que l'on accédait à la vallée du Gier et, par là même, à Lyon. Le percement d'une grande artère de circulation s'imposa logiquement comme une ouverture à l'Est. Les différents projets, présentés à l'époque, prévoyaient soit le redressement et l'élargissement aux nouvelles normes parisiennes de la vieille rue de Lyon soit le doublement de l'axe ancien par une nouvelle avenue. Ce fut finalement la seconde option qui fut retenue, avec démolition du vieil hôpital. D'abord baptisée Avenue du Président Faure, puis du maréchal Pétain, l'avenue de la Libération fut bordée de beaux édifices : Poste Centrale, Grand Hôtel, immeubles bourgeois. Elle est largement ventilée par le square Violette qu'elle traverse. Elle mène au lycée Claude Fauriel, ce qui lui confère une animation estudiantine. Dès son inauguration, une ligne de tramway l'empruntait en direction de la gare de Chateaucreux. Le tramway disparut ; ce fut un ballet de trolleybus ; les trolleys ont eux aussi disparu et, de nouveau, une ligne de tramway rejoint la gare.
Activités à Saint Etienne
GetYourGuide
(133)
12,27
GetYourGuide
(51)
19,09
GetYourGuide
(81)
22,72
GetYourGuide
(27)
77,26
GetYourGuide
(53)
12,27
GetYourGuide
(23)
53,63
GetYourGuide
190,88
GetYourGuide
(12)
45,45
GetYourGuide
(21)
27,27
GetYourGuide
(36)
8,18
GetYourGuide
(2)
36,36
GetYourGuide
(7)
45,45
GetYourGuide
(2)
16,36
GetYourGuide
(15)
36,36
GetYourGuide
(8)
77,26
GetYourGuide
(6)
190,88
GetYourGuide
(8)
36,36
GetYourGuide
(7)
12,73
GetYourGuide
(1)
47,27
GetYourGuide
(46)
190,88