MONNUAGE
Continuer sur l'appli
Ouvrir
Où allez-vous ?
Aimez-vous Chiapas ?
Partagez-le avec le monde entier
Entrer avec Google Plus

Villages à Chiapas

14 villages à Chiapas

Villages à San Juan Chamula
San Juan Chamula
(5)
Au marché de San Juan Chamula, les hommes ont d’épaisses tuniques de laine écrue ou noire sur des habits vivement colorés ; les femmes aussi portent des robes de laine noire à longs poils. Il faut dire qu’à quelques kilomètres de la ville de San Cristobal, la communauté de San Juan étonne par ses particularismes. A la croisée des chemins, des groupes de trois croix habillées de branches de pin pourraient faire penser à une ferveur catholique. Il n’en est rien : ce sont des croix mayas, symbole de l’arbre de vie. La religion des prêtres espagnols n’a jamais fait disparaître les antiques croyances, tout au plus y a-t-il eu syncrétisme, et, depuis des décennies, les habitants de San Juan ont congédié leur curé. Pourtant, l’église ne désemplit pas. Des statues de saints multicolores, dans leur châsse, prêtes à sortir en procession, se pressent tout autour des murs de la nef. Point de crucifix, mais une effigie de St Jean Baptiste, San Juan Chamula, trône dans le chœur, véritable divinité protectrice de la communauté. Dès le premier pas, à l’intérieur de l’église, le visiteur est éberlué. Une foule à genoux, en prières ; des cierges partout, de toutes tailles, dressés à même le sol et un nuage de fumée bleue qui stagne à hauteur d’homme. L’Indien qui vient de pénétrer à notre suite, tandis que les autres psalmodient, délimite sa place en balayant d’un revers de main les aiguilles de pin qui jonchent le sol, puis il se met en devoir de fixer de minces cierges sur le carrelage ainsi découvert. Plus loin, des boissons gazeuses permettent d’obtenir des rots purificateurs. Des œufs, des poules vivantes, un coq aussi. Ces paysans viennent-ils demander la prospérité ? Une mère passe alternativement une poule rousse au-dessus de cierges allumés et autour du corps de son fils. Cherche-t-elle une guérison ? Est-ce pour le prémunir ? Assurer sa réussite d’agriculteur ? Subjugués par l’atmosphère de ferveur, nous ne chercherons pas les réponses. Dans la chaleur des cierges et le balbutiement des fidèles, le mysticisme du lieu nous fascine, sous le regard fixe des statues bariolées. Moment intense face à la foi d’une société pour le moins originale, mais jalouse de son indépendance, sur le seuil de laquelle nous rebroussons chemin..... (Mon récit tiendra lieu de photo car on ne plaisante avec le respect des Indiens Chiapas ... sauf si le portrait est consenti).
Villages à Tapachula
Frontera Corrozal
Frontera Corrozal est le village frontière entre Mexico et le Guatemala, a la hauteur de la jungle Lacandone. J’y suis arrivée de nuit, et le lendemain, j’avais l’intention de traverser le fleuve pour arriver à la frontière avec le Guatemala. Mais la première chose est que les barques partent avec au moins 20 personnes, et il n’y avait pas un villageois qui voulait traverser ! Le prix pour louer la barque entière pour moi était ridicule, j’ai donc du attendre jusqu’a l’après midi, quand par chance est arrivé un groupe de 40 guides touristiques mexicains, qui allaient visiter les ruines mayas de la région, pour en apprendre plus. Ils ont donc accepté de m’emmener, mais on a tout d’abord été visiter les ruines de Yaxchilán toutes proches, un endroit superbe ne serait-ce que pour le parcours en barque a travers la jungle pour y arriver. A Frontera Corrozal, il n’y a presque rien, seulement un hôtel moche et cher, moi j’ai été dormir dans un restaurant qui avait une salle avec des hamacs, et si on y dine on peut rester dormir pour deux euros, ca ne vaut pas plus. Normalement il faut aller au bureau d’immigration qui est à Corrozal pour sortir du pays, mais il n’y avait personne a 6 heures du matin le jour suivant, quand on s’est mis en route vers Béthel au Guatemala, 10km plus loin le long du fleuve, et les douaniers n’ont rien demandé.
Villages à Tzimol
Zinacantan
(3)
Dans les environs de San Cristobal de Las Casas, les Indiens, population majoritaire de ces montagnes, sont les héritiers directs des Mayas qui, pour se mettre à l’abri des conquistadores, se sont réfugiés sur les hauteurs. Très fiers de leurs traditions, ils arborent des costumes vivement colorés qui chantent dans le décor. A plus de deux mille mètres d’altitude, avec des nuits fraîches, ils vivent dans de rudes conditions : habitat très simple, une ou deux pièces et souvent un sol de terre battue. Devant la maison, les femmes lavent leurs longs cheveux noirs à l’eau froide de la montagne. A l’instar de leurs ancêtres, ils élèvent des volailles, dindes et poulets, cultivent le maïs et des légumes, comme les traditionnels haricots rouges, ces « frijoles » qui accompagnent les viandes de la « comida ». Près des maisons, on rencontre souvent, assise sur un petit tabouret, une femme occupée à tisser selon la même technique qui apparaît sur des statuettes mayas : la chaîne est maintenue tendue au moyen d’une ceinture de cuir passée autour des reins tandis que les mains tissent la trame par le va-et-vient d’une longue aiguille de bois. Dans les villages, sur les marchés ou même au long des routes, les femmes portent des "huipiles", longues tuniques qui varient au fil des kilomètres, défilé de mode toujours renouvelé. Chaque communauté villageoise, en effet, possède ses couleurs propres et son motif de broderie. Les rouges apparaissent souvent, éclaboussant de vie le blanc des chemisiers, ou bien des bandes de satin multicolores entourent les jupes. A Zinacantan, les femmes portent des châles bleu sombre finement brodés de fils violets et argentés, tandis que les hommes arborent fièrement des tuniques roses agrémentées de pompons de laine.
Villages à Amatenango del Valle
(1)
Villages à Comitán de Domínguez
(1)
Villages à Salto de Agua
Villages à Comitán de Domínguez
(2)
Villages à Ocozocoautla de Espinoza
(1)
Villages à Tzimol
Villages à Tzimol
(3)
Villages à Tapachula
Corrozal
Corrozal est la ville frontière entre le Mexique et le Guatemala, dans la jungle. Je suis arrivé là pendant la nuit et le lendemain j'étais censé traverser le fleuve pour le Guatemala. Mais les bateaux ne partent avec 20 personnes minimum, et il n'y avait personne dans la ville qui voulaient traverser ! Mais le hasard a fait qu'un groupe de 40 mexicains est arrivé pour visiter les ruines mayas de la région. Ils ont accepté de me prendre, mais d'abord nous sommes allés visiter les ruines de Yaxchilan. Habituellement, vous devez aller au bureau d'immigration à Corrozal pour quitter le pays, mais il n'y avait personne quand nous sommes partis et à Bethel, au Guatemala, personne ne nous à rien demandé.
Villages à Arriaga
(1)
Villages à Villaflores
Villages à Las Rosas
Activités à Chiapas
GetYourGuide
(9)
44,05